Règlement de comptes à Marseille : "C'est devenu la routine"

Règlement de comptes à Marseille : "C'est devenu la routine"

DirectLCI
FAIT DIVERS – Un homme de 25 ans a été tué jeudi matin dans la cité de la Busserine (14ème arrondissement) à Marseille d’une rafale de kalchnikov. Un homicide qui porte à 6 le nombre de règlement de comptes à Marseille depuis le début de l’année.

L’horreur au pied de la barre d’immeuble. Jeudi matin, vers 10 heures, un jeune homme de 25 ans a été abattu d’une rafale de kalachnikov en bas de chez lui dans la cité de la Busserine dans le 14ème arrondissement de Marseille. Les tireurs venus en camionnette, retrouvée incendiée dans un quartier voisin, ont fait feu à l’aide d’une kalachnikov, au moment où il entrait dans son véhicule sur un petit parking de la cité. "Il a été pris par surprise", souligne une source proche de l’enquête.

"Sa femme était au balcon juste au-dessus, elle a tout vu", ajoute la mine grave Haouria Hadj-Chick, élue de secteur et proche de la belle-famille de la victime. Des proches anéanties, en témoigne les scènes de détresse à proximité de la scène de crime. Effondrée, la femme de la victime est restée quelques instants sur place avant d’être prise en charge par sa famille. En retrait, le père du jeune homme, imam de la mosquée de la Busserine, s’est longtemps recueilli, tandis que l’un de ses fils était interrogé par les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire.

Le ministre de l’Intérieur attendu

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, Hakim. D., était connu des services de police pour une affaire de stupéfiants et une implication présumée dans un règlement de comptes en 2011 où deux personnes avaient été tuées. "Il a été mis en examen dans cette affaire", souligne une source proche de l’enquête. "Il a peut-être fait quelque chose de pas bien, mais c’était quelqu’un de sympa, souffle un trentenaire sur son scooter. On l’a vu grandir, il était toujours de bonne humeur surtout après la naissance de sa fille. Il avait zéro embrouille ici poursuit le jeune homme. Ceux qui l’ont tué viennent d’un autre quartier".

Fataliste, un autre jeune de la cité "n’a pas de mots pour décrire ce qui se passe". "Franchement, c’est la routine dans le 14ème arrondissement, il y en aura d’autres", lâche-t-il désabusé. Venu en tant que maire de secteur, l’élu du Front national, Stéphane Ravier a appelé "les parents à prendre leur responsabilité face au trafic de drogue", avant de demander au ministre de l’Intérieur, attendu ce soir à Marseille, de "mettre les moyens sur le long terme pour démanteler les réseaux".
 

Plus d'articles

Sur le même sujet