Remaniement : le refus d'EELV de participer au gouvernement Valls divise

Remaniement : le refus d'EELV de participer au gouvernement Valls divise

France
DirectLCI
REMANIEMENT – Mardi, les écologiques ont fait connaître leur volonté de ne pas participer au nouveau gouvernement de Manuel Valls. Un refus qui divise profondément dans les rangs du parti où certaines voix s'élèvent contre cette décision.

C'est une décision qui ne plaît pas à tout le monde. Mardi, les écologistes ont annoncé leur souhait de ne pas intégrer le nouveau gouvernement de Manuel Valls . Après avoir délibéré en interne, une source a indiqué que "la direction du parti a refusé à sept voix contre trois". Dans un communiqué, la secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse, a indiqué : "A ce stade, nous ne pouvons qu’espérer un véritable changement de cap. La non remise en cause des orientations budgétaires ne nous semble pas de nature à permettre cette transition énergétique de grande ampleur que nous appelons de nos vœux". Elle nuance malgré tout cette décision : "Nous serons des partenaires vigilants et présents pour que cette transition s’incarne dans des mesures d’ampleur".

Mais, alors que la composition du nouveau gouvernement sera annoncée dans la journée ce mercredi, des voix commencent à s'élever à l'encontre de cette décision. François de Rugy, le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a été le premier à réagir sur l'antenne de BFMTV. Selon lui, il s'agit "d'un mauvais coup porté à l'écologie et aux écologistes". Il va même encore plus loin en qualifiant ce choix de "décision incompréhensible".

"Avant de prendre des postes, nous attendons des actes"

Même incompréhension de la part de l'ancien membre du parti, Daniel Cohn-Bendit. Le député européen a indiqué que "EELV fait une énorme en refusant d'entrer au gouvernement Valls". Pourtant, Manuel Valls de son côté était prêt à faire un geste fort en direction des écologistes en proposant un ministère sur-mesure regroupant l'écologie, l'énergie, le logement et les transports. Certaines personnalités du parti étaient même en bonne position pour intégrer la nouvelle équipe gouvernementale comme Jean-Vincent Placé.

Quant à Emmanuelle Cosse , elle justifie ce refus dans un entretien au Monde ce mercredi. "Sa proposition était solide et correcte. Il a fait la proposition que François Hollande ne nous a pas faite en 2012", a-t-elle déclaré, avant de poursuivre : "mais ce que nous disons aujourd'hui, c'est qu'avant de prendre des postes nous attendons des actes".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter