Rentrée littéraire : tous les talents de la BD sont à Nantes

Rentrée littéraire : tous les talents de la BD sont à Nantes

CULTURE – La rentrée littéraire, ce n’est pas que celle des romans. Depuis quelques années, les éditeurs du monde de la BD profitent aussi du mois de septembre pour mettre en avant certains auteurs. Et en matière de BD, Nantes est riche en talents. Le point.

La rentrée littéraire, ça concerne aussi les bandes dessinées. Et en la matière, la cité des ducs est bien pourvue : "Depuis trois ans, les dessinateurs Nantais sont nombreux à sortir un ouvrage en septembre", explique Romain Trouillard, de la Mystérieuse librairie , spécialiste du genre. Le fait est en effet peu connu, mais Nantes dispose d’un véritable vivier, avec des auteurs connus au niveau national et des jeunes très prometteurs. Le Nantais Cyril Pedrosa a ainsi fait un carton national il y a trois ans avec sa BD Portugal, Brüno, auteur, entre autres d’Atar-Gull, a trusté de nombreux prix les deux dernières années…

Plusieurs raisons à cette émulation : d’abord l’arrivée dans la Cité des Ducs, il y a quelques années, d’auteurs confirmés dans le métier, comme Fabien Velhmann, Brüno, ou Hervé Tanquerelle. "La ville leur a semblé un bon intermédiaire pour sortir de Paris avec un cadre de vie agréable", indique Romain. En parallèle, l’école Pivot, un des rares établissements en France à former à la BD, fournit chaque année plusieurs talents locaux.

S'affranchir des conventions

Et cette année encore, parmi les sorties, des petites surprises sont au programme. "Il y a moins de têtes d’affiches, mais quelques trouvailles", reconnaît Romain. Pour les amateurs de grand classique, Alix à Alésia, qui raconte les péripéties du jeune héros romain dans la bataille gauloise, par les Nantais Pascal Davoz et Wyllow. Plus second degré, l’Intrépide, scénarisé par le Nantais Rémi Guérin, raconte les aventures d’un superhéros des années 1970 plongé dans l’époque actuelle. "C’est un album très efficace, bourré d’humour." Attendue aussi, la suite des Voleurs de Carthage, d’Hervé Tanquerelle : les aventures de deux brigands un peu simplets qui veulent piller Carthage… Une bonne dose de gags, "avec un dessin très actuel qui casse les codes de la BD."

Les indépendants se font aussi leur place, notamment grâce à des éditeurs locaux. Le collectif du Professeur Cyclope , monté entre autres par Brüno et Hervé Tanquerelle, et qui était à l’origine une revue de bande dessinée numérique, se met à publier des auteurs encore peu connus, comme Hervé Bourhis (Le Teckel), et Vincent Soral (Les Pénates). De même, la maison Vide-Cocagne vient de lancer la collection L’épicerie fine. Avec une même idée : "Ils essaient de s'affranchir des conventions, explorer d’autres formes de BD, souvent axées sur le social et l’humain." Nantes, laboratoire de la BD de demain ? Peut-être bien !
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

EN DIRECT - Cédric Jubillar mis en examen pour "meurtre aggravé", suivez la conférence de presse du procureur

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.