Renvoyé de son lycée pour avoir crié "Allahu Akbar" pendant un hommage

FRANCE
FAIT DIVERS - Un élève de terminale scolarisé au lycée Mariette, à Boulogne-sur-Mer, a été exclu trois jours de son établissement pour avoir crié "Allahu Akbar" pendant un hommage aux victimes de Charlie Hebdo.

S'il voulait se faire remarquer, c'est réussi. Le 8 janvier, au lendemain de la tuerie perpétrée à Charlie Hebdo, un élève du lycée Mariette, à Boulogne-sur-Mer, a lancé "Allahu Akbar" ("Dieu est grand" en arabe) en pleine minute de silence, comme nous l'apprend La Voix du Nord . Alors que des responsables de l'établissement ont demandé au fautif de se dénoncer, ce dernier – "rigolard", selon des témoins – n'a pas hésité à lever la main, provoquant l'indignation de ses camarades, à l'origine de ce rassemblement spontané.

"Prêts à le frapper"

Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs rapidement exprimé leur colère sur les réseaux sociaux, postant des messages tels que "C’est un manque de respect total" ou "J’espère qu’il va être collé à vie". Selon un groupe d'élèves en BTS, "certains étaient prêts à le frapper".

Deux jours après cet incident, le jeune homme, en terminale S, a décidé de lui-même de présenter ses excuses à ses camarades. Il a été reçu par le proviseur, Philippe Saï, qui assure qu'il "est conscient de ce qu’il a fait et le regrette". Le responsable de l'établissement précise qu'il ne s'agit pas là d'une revendication extrémiste mais seulement d'une provocation. L'adolescent a écopé malgré tout d'une sanction assez lourde puisqu'il a été exclu trois jours.

Quelque 200 incidents de ce type auraient eu lieu en France en marge des différents hommages aux victimes des attentats. Une quarantaine auraient fait l'objet d'un signalement à la police, selon La Voix du Nord.

Sur le même sujet

Lire et commenter