Réouverture en grande pompe du Carrefour de Nice Lingostière

Réouverture en grande pompe du Carrefour de Nice Lingostière

France
DirectLCI
REPORTAGE - Le centre commercial niçois a rouvert ses portes au public ce vendredi matin dans une nouvelle configuration. Les entrées nord et sud seront entièrement refaites avant l'été.

Ce vendredi matin, c’était ambiance peinture fraîche, ballons de carnaval en guise de décoration et café offert au centre commercial Carrefour Lingostière de Nice. Après huit jours de fermeture suite à  l’effondrement d’un auvent de plus de 200 mètres carrés , le site a rouvert ses portes en tout début de matinée. Chariots lancés sur deux tapis rouges déployés pour l’occasion, cheveux au vent, les clients ont pu emprunter la nouvelle entrée de la galerie marchande sur laquelle s’affairaient encore de discrets ouvriers perchés sur leur escabeau. Une entrée aménagée tambour battant en lieu et place d’une boutique de lingerie rachetée par les copropriétaires Klépierre et Carrefour, qui a reçu jeudi soir l’agrément de la sous commission départementale pour la sécurité.

Pertes financières


Cet accès, situé au beau milieu du bâtiment datant de 1978, remplace provisoirement l’entrée nord entièrement détruite lors du sinistre. Mais aussi l’ouverture sud, dont l’auvent similaire à celui tombé le 5 février sera prochainement démonté "pour rassurer le public", ont expliqué ce vendredi François de Bannières, directeur régional de Klépierre et Eric Malet, directeur de Carrefour.

Pour les dirigeants, il était temps que le business reprenne au plus vite, le préjudice financier étant "important", a concédé le patron de l’hypermarché qui enregistre entre 10 000 et 12 000 passages quotidiens en caisse. Un ouf de soulagement également de mise chez certains clients véritables aficionados de l’enseigne qui, envers et contre tout, n’ont pu se résoudre à changer de crèmerie, même provisoirement. "On habite Carros et depuis la fermeture nous sommes allés cinq fois au Carrefour d’Antibes, mais ça faisait du chemin" ont confié à la sortie du magasin deux sexagénaires, Liliane et Alain, le chariot rempli.

Plusieurs mois de travaux

La galerie marchande ne devrait pas retrouver sa configuration normale avant plusieurs mois selon François de Bannières et Eric Malet. "Pour l’heure, on est à 60% avec 32 commerces sur 52 et 2 200 mètres carrés en moins de surface de vente sur les 16 000 que compte l’hypermarché", détaillent-ils.


Plusieurs phases de travaux sont prévues dans les prochaines semaines. D’ici une dizaine de jours la partie avec le Flunch et sept boutiques sera opérationnelle. Ensuite, d'ici début mars, c’est l’auvent sud qui sera démonté. Une opération très spectaculaire. Cet ouvrage en béton pesant plusieurs centaines de tonnes sera d’abord soulevé de dessous grâce à un engin spécial, puis transporté sur le parking où il sera entièrement détruit.


Le chantier se concentrera ensuite sur le sas au nord avec la reconstruction du restaurant et de la pharmacie détruits. « Tout devrait être terminé avant l’été » affirment les responsables qui n’ont pas souhaité s’exprimer sur les causes de l’effondrement. « Il y a une enquête en cours. Les audits de contrôle sur les structures du centre commercial avaient été faits en 2010 alors que nous n’y sommes pas obligés et que les prochains étaient prévus en 2015 ».

La préfecture a accordé au site, qui emploie environ 1200 salariés, une dérogation exceptionnelle pour ouvrir ce dimanche.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter