Retraites complémentaires : c'est quoi le problème ?

Retraites complémentaires : c'est quoi le problème ?

FUTUR – Faute de changement, les régimes de retraites complémentaires Agirc-Arrco pour les salariés du privé risquent d'être à sec à moyen terme. Ce jeudi, le président de la cour des Comptes a lancé un avertissement solennel. Et n'écarte aucune piste pour les sauver.

Qu’est-ce qui cloche ?
Le régime des retraites complémentaires des cadres, l’Agirc, et celui des salariés du privé, l’Arrco, vont dans le mur, d’après un rapport de la Cour des comptes présenté par son président, Didier Migaud, ce jeudi. Si rien n’est fait à court terme, le déficit va se creuser, menaçant ces caisses de retraite de cessation de paiement.

Qui est concerné ?
L’ensemble des salariés, qu’ils soient cadres ou non, qui cotisent respectivement à l’Agirc et à l’Arrco soit 18 millions de personnes et 12 millions de bénéficiaires.

De quelle ampleur est le déficit ?
De l’ordre de plusieurs milliards d’euros. Dans son rapport, la Cour des comptes juge en effet les perspectives financières "alarmistes" pour l'avenir, avec des soldes annuels qui pourraient rester dans le rouge durablement… pour atteindre - 25 milliards à l’horizon 2040. En l’état actuel de la situation, les réserves pourraient être épuisées dès 2018 pour le régime couvrant les cadres, le régime Arrco bénéficiant d’un petit délai de quatre ans...

Quelles pistes sont envisagées ?
Toutes. Pour sauver les retraites complémentaires, "rien ne doit être interdit" a prévenu Didier Migaud qui ne veut écarter aucune piste : montant des pensions, taux de cotisation, conditions de liquidation… et un allongement de la durée du travail de un ou deux ans. "Refuser de différer l’âge" légal pour toucher sa pension "limiterait les marges de manœuvre", a averti Didier Migaud pour qui le risque d’une baisse du montant des pensions est "réel".

Que pense le gouvernement de cet avertissement ?
Ce dernier n’a pas encore réagi… mais avait déjà entrouvert la porte d’un allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein par la voix de François Rebsamen, le ministre du Travail. Mardi, évoquant le régime général, celui-ci évoquait cette hypothèse sans se cacher. En clair : il faudra travailler plus longtemps pour toucher sa retraite. Une sortie, et une réforme, ô combien impopulaire dans l’opinion publique, qui ne porte déjà pas très haut François Hollande, et qui a été vite refermée par le gouvernement. Mais pour combien de temps ?

Et pour la suite ?
Ce constat alarmiste de la Cour des compte rejoint celui dressé en juin dernier par les partenaires sociaux qui multiplient depuis les simulations et lanceront, en février 2015, des négociations pour pérenniser l'équilibre du système. Des négociations qui s’annoncent déjà très compliquées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle forte baisse du nombre de patients hospitalisés en réanimation

"Mes choix sont toujours guidés par une seule idée, le bien de l'équipe de France", assure Didier Deschamps

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : la France dépose une résolution à l'ONU pour un cessez-le-feu

Les variants sont-ils créés par les vaccins, comme l'affirme un ancien prix Nobel ?

Aveyron : une éleveuse sous le choc après l’attaque de sa jument par des vautours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.