Risque de grippe aviaire : les volailles de "plein air" ne devront plus rester dehors

Risque de grippe aviaire : les volailles de "plein air" ne devront plus rester dehors

SANTE - Les élevages de volailles "en plein air" ou "Label rouge" situés dans des communes exposées à un risque d'épidémie de grippe aviaire sont autorisés par dérogation à confiner leurs animaux jusqu'à fin mai, selon deux arrêtés qui viennent de paraître au Journal officiel.

Les éleveurs de volaille ont décidé de s'organiser pour tenter de reconquérir un marché affaibli par deux épidémies successives de grippe aviaire. En avril, ils avaient signé un pacte réformant de fond en comble leurs pratiques sanitaires, avec un renforcement drastique des règles de biosécurité.

 L'une des pistes évoquées à l'époque va être mise en application. Désormais, les élevages de volailles "en plein air" ou 

"Label rouge" situés dans des communes exposées à un risque d'épidémie de grippe aviaire sont autorisés par dérogation à confiner leurs animaux jusqu'au 31 mai 2018. 

Ces conditions dérogatoires sont applicables tant que le niveau de risque d'épidémie lié au virus de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est "qualifié d''élevé' pour tout ou partie du territoire ou de 'modéré' dans les zones à risque particulier", précisent les deux arrêtés publiés au Journal officiel dimanche 5 novembre.

Lire aussi

En vidéo

Grippe aviaire : comment éviter les risques ?

Des surfaces de parcours réduites

Le premier arrêté autorise les élevages à conserver "à l'intérieur du bâtiment d'élevage jusqu'à l'abattage", leurs "volailles fermières de chair" qui doivent obligatoirement, selon la règlementation en vigueur, avoir accès à un parcours ou à une volière. Quant à la surface minimale de parcours dévolue aux "volailles de chair", elle pourra être réduite tant que ce parcours n'est pas "inférieur ou égal à une fois la surface du bâtiment" d'élevage. 

De même il est autorisé de déroger aux conditions de production des volailles commercialisées avec la mention "poules fermières élevées en plein air ou en liberté" et des oeufs "de poules élevées en plein air" Label rouge, en maintenant les animaux confinés à l'intérieur des bâtiments d'élevage. La surface minimale de parcours réservée à ces poules peut être réduite dans les mêmes proportions que pour les "volailles fermières de chair". De même, les canards et les oies soumis au gavage pourront être maintenus dans les bâtiments ou voir leur "parcours" ramené à une surface minimale allant de 1,5 m2 à 2,5 m2 par canard, et 5 m2 par oie.   

Le second arrêté concerne les "Volailles de l'Ain" et les "Volailles de Bourgogne" élevées en plein air, pour qui l'obligation d'accès à un parcours herbeux est suspendue. Les éleveurs situés sur les communes concernées par le risque de grippe 

aviaire et qui souhaitent bénéficier de ces dérogations doivent en informer l'organisme de défense et de gestion du cahier des charges, celui du "Label rouge" ainsi que l'organisme certificateur concerné, précisent ces textes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.