Risque d’incendie : "Il est important de débroussailler autour de sa maison"

FRANCE
DirectLCI
SOCIETE – L’été arrive, et avec lui l’augmentation du risque d’incendie. Les marins-pompiers de Marseille rappellent les règles à respecter pour éviter tout départ de feu.

Cela aurait pu être plus chaud encore. Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux hectares de végétation sont partis en fumée dans le massif de La Nerthe où, au plus fort de l’intervention, treize engins et quarante pompiers étaient engagés."Le risque incendie est important toute l’année dans nos régions, explique le capitaine Guy Velu, chef opérations au Bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM). Mais il est plus avéré en été."

Au soldat du feu de rappeler qu’il est primordial, alors qu’arrive la saison estivale, de respecter les obligations légales de débroussaillage autour des habitations, et ce sur un rayon de cinquante mètres. Une règle qui n’est pas toujours respectée par les habitants, reconnaît le capitaine.

Plus de mille départs de feu par an

Dans le quartier des Trois ponts, à Marseille (Xe), les résidents gardent un souvenir cuisant de l’incendie de juillet 2009 : les flammes avaient emporté mille hectares aux portes de la ville et étaient venues lécher les zones d’habitation. "Les pompiers avaient arrêté le feu à cinquante mètres de la maison, se souvient Gisèle, qui loge chemin de la Beaume. Heureusement qu’on avait débroussaillé, sinon…"

Cette quadragénaire assure faire entretenir son terrain de dix mille mètres carrés tous les deux ans, malgré le coût que représente l’intervention d’une entreprise spécialisée. "Je paye aux alentours de 3 000 euros", confie-t-elle. Un investissement important, mais qui en vaut la chandelle s’il permet de conserver son toit.

Quant aux pompiers, ils restent bien évidemment sur le qui-vive. Le capitaine Velu rappelle "que les feux sont interdits, et je ne parle même pas de la cigarette. Il faut aussi éviter tout barbecue et travaux, comme la soudure par exemple". Et de préciser : "Dans la zone de Marseille, on compte plus de mille départs de feu par an, et un tiers menace les massifs. Nous avons la chance d’avoir une ville bordée par une ceinture végétale, autant la protéger au maximum".
 

Lire et commenter