Roubaix : il poignarde sa femme qui prend sa défense au tribunal

FRANCE
DirectLCI
FAIT DIVERS – Les faits remontent à la semaine dernière. Un septuagénaire sous l'emprise de l'alcool a poignardé sa femme lors d'une violente dispute de couple. Vite remise sur pieds la victime est venue plaider la cause de son époux violent.

C'est une histoire singulière que relatent dans leurs colonnes nos confrères de Nord Eclair . Il y a 8 jours, les secours sont appelés en urgence au domicile d'un couple de retraités : la femme est en sang et l'homme totalement ivre est incapable d'expliquer ce qui s'est passé. Bientôt le doute n'est plus permis : la victime a été poignardée. Amené au commissariat l'époux avoue avoir agressé sa femme.

"Ils m'ont recousue et me voilà"

Devant ses juges quelques jours après, l'homme qui n'a pas de casier judiciaire se distingue du profil type du criminel et les juges le soulignent :"C’est rare d’avoir quelqu’un de votre âge qui passe pour la première fois au tribunal ". Le vieil homme acquiesce. "Vous auriez pu la tuer ?", demande le président. "J’avais plus ma tête à moi", répond le septuagénaire. Dans la foulée il avoue au tribunal boire tous les jours trois bouteilles de vin sans compter les verres bus au bistrot, avec ses amis.

La surprise du procès ? La victime bien que gravement blessée fait son entrée dans le box. Le président du s'interroge sur sa présence et s'étonne de la voir si rapidement sur pieds : "Vous êtes vite sortie de l’hôpital ?" Et elle de répondre : "Ben oui, ils ont tout nettoyé, ils m’ont recousue et me voilà."

"Oui.. mais je l'aime"

Elle promet que le couple va prendre des mesures : lui arrêtera l'alcool et elle y veillera personnellement. Mais quand les juges lui rappellent la gravité des faits à savoir que son époux aurait pu la tuer elle s'exclame. "Oui mais je l’aime, il m’a sortie de la misère." Et l'avocate du prévenu d'aller dans son sens "Ils sont seuls au monde, ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre." L'homme a été condamné à 10 mois de prison avec sursis. 

Sur le même sujet

Lire et commenter