Roubaix veut changer de visage

Roubaix veut changer de visage

France
DirectLCI
URBANISME - Souvent montrée du doigt pour sa pauvreté et son insécurité, Roubaix veut donner une autre image. La réhabilitation du quartier de la gare et l'installation d'un campus universitaire, de logements et de commerces, devraient redynamiser une ville qui a mauvaise presse.
Une véritable opération séduction. Roubaix ne veut plus être montrée sous ses aspects les plus sombres. Il y a quelques semaines, un reportage d'"Envoyé Spécial" sur le quotidien de la CAF roubaisienne avait provoqué la colère de certains habitants. Finalement pas si inquisiteur que ça, le reportage est en revanche symptomatique de l'image que renvoie Roubaix : une ville pauvre et où l'insécurité règne. Si l'ancienne capitale du textile est bien la commune la plus pauvre de France et inscrit souvent son nom dans les pages faits divers, elle a aussi d'autres choses à montrer.
 
Pour changer d'image, il faut changer de visage. C'est l'objectif annoncé de la refonte totale du quartier de la gare. Dans le cadre du Plan Campus Grand Lille , un campus universitaire ouvrira ses portes à la rentrée 2016. S'y installeront notamment l'UFR de langues étrangères appliquées (LEA) et l'Institut du marketing et du management de la distribution (IMMD). Déjà présentes à Roubaix, ces deux structures accueilleront 2300 étudiants dans des locaux flambant neufs en septembre 2016.
 
"Dynamiser et sécuriser le quartier"

La refonte totale du quartier de la gare sera accompagnée de la construction de 217 logements étudiants, 193 logements d'habitations, 14.000 m² de bureaux, des commerces ainsi qu'un hôtel B&B. "Ce projet permet de contribuer au retournement d'image que nous souhaitons, observe la ville de Roubaix. L'arrivée d'une nouvelle population et d'activités nouvelles concourt aussi à dynamiser et sécuriser le quartier."
 
Après de longs mois de travaux et un chantier estimé à 22,2 millions d'euros, un tout nouveau quartier sortira de terre fin 2016. Ce lifting censé redorer le blason roubaisien devrait profiter aussi au centre-ville tout proche qui peine toujours à attirer du monde. "Ce projet de nouveau quartier ne peut que dynamiser le secteur, confirme un restaurateur installé sur la Grand-Place. C'est bien simple, il y a tout à refaire. Depuis cinq ans c'est une catastrophe, la fréquentation est en chute libre."
 

Sur le même sujet

Lire et commenter