Royal de luxe à Nantes : les tops et les flops

Royal de luxe à Nantes : les tops et les flops

CULTURE – Le nouveau spectacle de Royal de Luxe, qui se termine ce lundi, a fait rêver les spectateurs, venus nombreux au rendez-vous. Tour d’horizon.

Nantes s’est découvert une grand-mère. Elle fait 7,50 m, a les yeux pétillant, un visage doux et plissé, et raconte des histoires dans un jargon incompréhensible. Pendant trois jours, les Géants de Royal de luxe ont entraîné la ville dans leur délire poétique avec leur nouveau spectacle. 600.000 spectateurs étaient là, ravis.

Côté ambiance
Il faut aimer la foule, pour apprécier Royal de Luxe. Compacte, dense, elle avance et reflue au gré du passage des Géants qui surgissent au détour d’une rue. Chacun s’arrête, photographie, lève les bras : "Tu as vu la grand-mère ? Quel beau visage, l’air doux. Et cette mécanique !" Dans toute la ville souffle un air de fête. "On ne loupe aucun spectacle, racontent Grégory et Hervé, qui ont bloqué leur week-end de longue date. Royal de luxe arrive à fédérer les Nantais autour de choses très enfantines. Chacun est content d’être là." Bruno, pointe aussi "l’atmosphère étrange" qui a saisi la ville : "On se croirait à Rome ou dans une grande ville touristique : animée, piétonnière… C’est tellement agréable !"

Côté bémols
"Par où passent-ils ? Où sont-ils ?" Des dizaines de spectateurs, l’air égaré, ont scruté les cartes, les trajets, à la recherche des deux Géants. Un jeu de piste grandeur réelle compliqué par des changements de parcours et d’heures quelques jours avant. A côté de l’organisation, certains spectateurs s’avouent "déçus" de ce nouveau spectacle. "Je dois sans doute m’habituer, se raisonne un habitant du Sud-Loire. Mais je trouve ça moins impressionnant que leurs précédentes créations." Comme de nombreux spectateurs, il se rappelle avec nostalgie "la petite géante qui mangeait une sucette, le scaphandrier qui était sorti de l’eau, le chien qui levait la patte sur toutes les voitures…" Edouard, lui, trouve l’ambiance "curieuse" : "Les gens sont tendus, ils courent, s’écrasent, pour être devant ou avoir leur photo…" Sans doute la rançon du succès.

Côté commerces
Beaucoup de commerces ont fait des heures supplémentaires ce week-end de Pentecôte. La crêperie Just Billig, près de la Place royale, a ainsi connu des afflux par vagues : "En deux jours, on a eu l’équivalent d’une petite semaine", indique le propriétaire. Allée Flesselles, les bars profitent aussi de l’affluence et du beau temps. "On fait environ 20 % de chiffres d’affaires en plus qu’un week-end normal", indique un gérant. Au total, l’adjoint à la Culture évoque des retombées économiques de "30 à 40 millions d’euros", la moitié au moment du spectacle, l’autre en termes de retombées d’image.

Côté avenir
Comme les autres productions de Royal de luxe, le spectacle du Mur de Planck est amené à s'exporter. Quelques dates sont d’ores et déjà réservées : les Géants seront ainsi à Liverpool au Royaume-Uni, en Irlande d’ici la fin 2014. En 2015, ils partiront en Australie et en Belgique, et seront au Chili et aux Etats-Unis en 2016. La grand-mère des Nantais n’a pas fini de voyager.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.