Rythmes scolaires : 119 demandes de dérogation dans l'académie de Toulouse

Rythmes scolaires : 119 demandes de dérogation dans l'académie de Toulouse

EDUCATION – Dès la rentrée 2014, la majeure partie des écoliers de l'académie de Toulouse bénéficieront de l'étalement du temps scolaire sur 9 demi-journées par semaine. Une centaine de communes souhaite toutefois déroger à la règle.

A quelques jours de la trêve estivale pour les écoliers, l'heure est aux interrogations concernant la prochaine rentrée. Et pour cause: dès septembre, la nouvelle organisation du temps scolaire, sur 9 demi-journées, va être généralisée. Au rectorat de l'académie de Toulouse, on se veut toutefois optimiste. La réforme a en effet déjà été très largement appliquée dès la rentrée 2013. "Près de 63% des élèves bénéficient des nouveaux rythmes depuis un an, et ça se passe très bien", affirme la rectrice Hélène Bernard.

Pour autant, tout ne va pas forcément se faire dans la facilité. En accord avec le décret Hamon du 7 mai 2014, qui autorise des dérogations sous certaines conditions, 150 demandes d'expérimentation ont été reçues par le rectorat. "Parmi elles, seules 119 sont recevables car émanant à la fois de l'école et de la commune, explique Hélène Bernard. Cela représente moins de 5% des écoles de l'académie."

8 demi-journées au lieu de 9 ?

Mis à part Castres et Millau, ces demandes émanent pour la plupart de petites communes rurales à l'instar de Montastruc-la-Conseillère, située dans le nord-est de Toulouse. Expérimentant les nouveaux rythmes scolaires depuis la rentrée 2013, la communauté éducative de la ville a demandé cette année un ajustement. "Les enfants avaient chaque jour 45 minutes de temps d'activités périscolaires (TAP), explique Frédéric Lejeune, le directeur de l'école maternelle. Un temps trop court pour être qualitatif et qui nous mettait en difficulté pour trouver des partenaires."

Elus, enseignants, parents d'élèves et associations ont donc décidé par consensus de demander à étaler le temps scolaire sur 8 demi-journées au lieu de 9, en passant à 6h de cours par jour et en libérant le vendredi après-midi. "C'est une évidence pour l'intérêt des enfants: c'est le moment de la semaine où ils sont le plus fatigués, où certains parents peuvent prendre un RTT pour s'en occuper et où les associations sont disponibles pour le TAP."

Le rectorat "très défavorable" au repos du vendredi après-midi

Mais pour Montastruc, comme les 65 autres établissements scolaires de l'académie qui ont formulé cette demande précise d'expérimentation, rien n'est gagné. Le rectorat s'est dit en effet "très défavorable" à la relâche du vendredi après-midi. "Nous essaierons dans tous les cas de trouver un compromis qui puissent satisfaire tout le monde et ce, toujours dans l'intérêt des enfants", a toutefois assuré Hélène Bernard. Verdict définitif attendu d'ici le 4 juillet.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

EN DIRECT - Covid-19 : risque "élevé à très élevé" que le nouveau variant "Omicron" se répande en Europe

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.