Saint-Priest : une élue municipale soupçonnée du meurtre de sa tante

FRANCE
POLITIQUE - Une conseillère municipale de Saint-Priest (Rhône) a été mise en examen pour le meurtre de sa tante octogénaire en avril et écrouée avant d'être remise en liberté.

Josée Michelle Aïbar, 56 ans, élue sur la liste du maire UMP de cette commune de l'est lyonnais, a été mise en examen pour homicide volontaire. Elle est soupçonnée du meurtre de sa tante, Josefa Aïbar, 85 ans.

Ecrouée le 16 octobre, elle a été remise en liberté trois jours plus tard et placée sous contrôle judiciaire, selon une source proche du dossier.

La suspecte nie les faits.

Le corps de Josefa Aïbar, 85 ans, avait été retrouvé par sa belle-sœur dans la cuisine de son appartement de Saint-Priest le 12 avril. L'autopsie avait révélé l'intervention d'un tiers et une information judiciaire avait été ouverte, tandis que la police lançait un appel à témoins.

Joint par l'AFP , le maire de Saint-Priest, Gilles Gascon, a précisé que Josefa Aïbar, n'étant pas adjointe, n'avait pas de responsabilité ni de délégation à la mairie.

Lire et commenter