Sarthe : ils profanent l’église et publient les photos sur Facebook

FRANCE

FAIT-DIVERS – Emoi, chez les paroissiens de l’église Notre-Dame à Sablé, dans la Sarthe : deux hommes et une fillette ont publié sur le réseau social des photos les montrant debout sur l’autel de l’église, au milieu de canettes de bières.

Les photos ont été publiées sur Facebook. On y voit un homme, debout à côté de canettes de bières… A côté de lui, un autre homme, et une fillette qui s'amusent de la scène. Le hic, c'est que ces clichés publiés ont été pris dans l’église Notre-Dame, à Sablé, dans la Sarthe.

Les protagonistes ont grimpé sur l’autel et se sont pris en photo dessus, au milieu des cadavres de canettes. L’histoire est rapportée ce mercredi par le journal Ouest-France . L'autre journal régional, Le Maine Libre , évoque lui, des photos "mettant en scène des actes déplacés s’étant déroulés au sein de l’église".

Pas de fermeture de l'église pour l'instant

D'après Ouest-France , c'est un fidèle de la paroisse, qui il y a quelques jours, a reconnu son église sur des photos publiées sur le réseau social. "Choqué", il les transmet au vicaire du diocèse. Impossible de savoir quand elles ont été prises. D'autant qu'aucune dégradation n'a été constatée dans l'établissement.

Quoiqu’il en soit, dans la petite ville du sud de la Sarthe, l’émoi est palpable. Les photos repérées, le maire de Sablé et les gendarmes ont aussitôt été alertés de l’affaire. Les paroissiens ont du mal à digérer la nouvelle. Le prêtre de Sablé évoque ainsi des "actes blasphématoires", qui provoquent "une grande tristesse et une forte émotion au sein de notre communauté paroissial", rapporte Ouest-France.

"Le respect de la religion et des lieux de culte est capital dans toute société", indique le prêtre, pour qui "ces actes sont offensants et blessants pour les catholiques de Sablé, et contraire aux valeurs républicaines de respect de toutes les religions qui honorent notre pays". L’église sera-t-elle fermée à l’avenir, pour éviter ce type d’exhibition ? Sans doute pas. En tout cas, le prêtre estime qu’il serait "dommage" d’arriver à cette mesure, qui "priverait croyants et non-croyants d'un lieu d'accueil, de prière et de paix".
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter