Sauveront-ils les platanes du Canal du Midi?

FRANCE

INNOVATION – La douzaine d'étudiants de Paul Sabatier et de l'INSA ont vu leurs travaux sur le chancre coloré récompensés lors d'un concours mondial organisé au MIT de Boston. Selon les chercheurs, on pourrait tester un vaccin contre l'épidémie qui touche les platanes du Canal du Midi d'ici 2017.

Ils sont revenus des Etats-Unis avec une médaille d'or et le trophée de la meilleure innovation. La douzaine d'étudiants de Paul Sabatier et de l'INSA travaillant sur un traitement (la bactérie bacilius subtilis) au chancre coloré qui touche les platanes du Canal du Midi a fait un passage remarqué lors du concours IGEM organisé du 31 octobre au 3 novembre par le MIT de Boston.

Alors que 250 autres projets étaient également présentés, le projet "Subtitree" est sorti du lot "car il était un des rares à travailler sur le végétal", note Brice Enjalbert, enseignant-chercheur en biologie moléculaire et qui a encadré les travaux.

Titre de la meilleure application expérimentale

Résultat: les Toulousains ont décroché une des 100 médailles d'or décernées. Cerise sur le gâteau, ils ont également ramené dans la Ville rose, l'Award de la meilleure application expérimentale, qui ne récompense que 19 équipes. "Ils sont arrivés à Boston en ayant testé en septembre dans les locaux de l'INRA les cellules souches sur des plantes, ils étaient en avance sur leur planning", souligne encore l'enseignant.

Défendre un projet dans le cadre d'un concours prestigieux et devant des dizaines de regards extérieurs a été une expérience enrichissante pour la jeune équipe. "On a eu beaucoup de retours positifs de la part des scientifiques et des juges car notre projet avait une portée locale et une application concrète", notent Aurélie et Laureen, deux des participantes.

L'INRA et VNF s'intéressent aux travaux

Depuis leur retour, les étudiants n'en ont pour autant pas fini: l'INRA va proposer à un des membres de continuer la recherche dans le cadre d'une thèse et VNF (Voies Navigables de France) s’est montré intéressé par le projet. En effet, l’organisme gère aujourd’hui le dossier des arbres malades le long du canal du midi. 

Alors que les premiers tests réalisés sur la bacilius subtilis ont été positifs, Gilles Truan, chercheur au Laboratoire d'ingénierie des systèmes biologiques à l'INSA, estime que les premiers traitements pourront être testés d'ici deux à trois ans.

Lire et commenter