Sécurité : ce que proposent les candidats à la mairie de Nice

Sécurité : ce que proposent les candidats à la mairie de Nice

France
DirectLCI
MUNICIPALES - A moins d’un mois du premier tour des élections municipales, metronews propose un tour d’horizon des propositions en matière de sécurité des candidats niçois.

Oui, Christian Estrosi et Robert Injey peuvent tomber d’accord ! En examinant les propositions des candidats à la mairie de Nice sur leurs propositions en matière de sécurité, comme nous l'avions fait il y a une semaine sur les questions de logement , on trouve des engagements communs chez des personnalités aux opinions a priori très différentes. "Augmenter le nombre de médiateurs de quartiers" telle est la volonté de Christian Estrosi (UMP), à l’instar de Robert Injey (PCF - Front de Gauche) et Patrick Allemand (PS) qui souhaitent respectivement "faire le choix de la médiation de proximité" et "augmenter le nombre d’éducateurs de rue".

L’aide aux victimes fait consensus

L’actuel député-maire de Nice s’engage à créer "un bureau d’accueil des victimes où des avocats et un accompagnement seront proposés". Idem chez Marie-Christine Arnautu (FN – RBM) qui promet de "créer un relais privilégié en mairie pour les commerçants victimes d’agressions et renforcer le bureau d’aide aux victimes". Philippe Vardon (Nissa Rebela) va plus loin, il souhaite que "la ville se porte systématiquement partie civile auprès des commerçants agressés et mette à leur disposition ses avocats". Quant au candidat socialiste, il se montre plus pondéré : "nous créerons une cellule municipale d’accompagnements des victimes qui les conseillera et les orientera".

La question centrale de la vidéosurveillance

Le maire sortant, Christian Estrosi, a fait installer 980 caméras dans la ville au cours de son mandat et ne compte pas en rester là. Il s’engage à "installer 500 caméras de vidéo-protection supplémentaires" s’il est réélu. Jacques Peyrat (Entente Républicaine) est lui aussi favorable au "maillage de la ville en vidéo-protection" mais préconise avant tout de "connecter les dizaines de caméras non encore reliées au Centre de Supervision Urbain". Olivier Bettati, n’est pas non plus contre la vidéosurveillance et envisage d’en "implanter une centaine sur les collines".

A l’inverse, Philippe Vardon propose "des patrouilles à pied dans les quartiers plutôt que des caméras". Marie-Christine Arnautu regrette quant à elle de voir la vidéo-surveillance servir "essentiellement pour la verbalisation des automobilistes" et non "la sécurité et la prévention de la délinquance".

A gauche, Robert Injey propose l’instauration d’un "audit sur l’efficacité et le coût réel de la vidéo-surveillance". Patrick Allemand prône, lui, la création "de 30 nouveaux emplois au centre de supervision afin de mieux exploiter le potentiel de la vidéo-protection".

Renforcer ou réorganiser la police municipale ?

Robert Injey souhaite "revenir au développement d’une police de proximité proche du terrain" quand Jacques Peyrat promet d’augmenter les effectifs de "120 personnes sur la durée du mandat". L’ancien maire de Nice envisage de mettre "un poste de police par territoire". Olivier Bettati suggère, lui, un nouveau découpage de la ville en cinq arrondissements dans lesquels "plus de 100 policiers seraient affectés toujours au même endroit pour une connaissance parfaite du terrain".

Philippe Vardon et Marie-Christine Arnautu veulent aussi voir plus de policiers quadriller le terrain. Même son de cloche chez Christian Estrosi qui propose notamment la création d’une "brigade mobile de nuit". Patrick Allemand est favorable au "renforcement des effectifs de police la nuit" et à leur allégement en journée. Olivier Bettati rejoint le socialiste sur ce point arguant qu’il faut "intensifier, notamment la nuit, la lutte contre le bruit […] et contre l’ivresse sur la voie publique".

UN CANDIDAT, UNE IDEE FORTE

Patrick Allemand : Accorder à 2000 commerces une subvention pouvant aller jusqu’à 50% du coût pour s’équiper en matériel de protection (caméras, alarmes…) dans la limite d’un montant de 3000 à 6000 euros.

Marie-Christine Arnautu : Mettre un terme à tous versements des aides municipales aux parents de mineurs étrangers délinquants.

Olivier Bettati : Créer une chaîne de solidarité pour tous les commerçants volontaires : dès que la police municipale est informée d’une menace quelconque, une alerte SMS est envoyée aux commerçants abonnés.

Christian Estrosi : Créer et former une Réserve de la police municipale pour déployer les agents de la police sur d’autres missions que les services d’ordre.

Robert Injey : Développer la formation des personnels de la Police municipale, améliorer leurs conditions de travail. Privilégier une déontologie fondée sur le respect des personnes.

Jacques Peyrat : Affiner l'organisation de la police municipale en confiant notamment sa direction à un cadre territorial et non à un cadre de l'Etat.

Philippe Vardon : L'ouverture d'un important poste de police municipale sur l'avenue Jean Médecin pour y ramener la sécurité et en faire dégager les bandes.

Contacté par metronews, Michel Cotta n’a pas donné suite à nos sollicitations
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter