Sécurité routière : les associations convaincues par Cazeneuve

Sécurité routière : les associations convaincues par Cazeneuve
FRANCE

PRÉVENTION – Pour mettre un coup de frein à la hausse de la mortalité sur les routes constatée en 2014, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé une série de mesures ce lundi. Répressives mais adaptées, les mesures font consensus chez les associations d'automobilistes... et de prévention.

Les annonces de Bernard Cazeneuve plaisent. Ce lundi, face à la hausse de la mortalité sur les routes en 2014 – une première depuis douze ans –, le ministre de l’Intérieur a détaillé 26 mesures pour enrayer cette augmentation, annonces qui satisfont autant les associations pro qu’anti-voiture. "C’est la première fois que nous avons des annonces qui ne sont pas focalisées sur les radars et la vitesse, et qu’un ministre écoute les automobilistes", se réjouit Pierre Chasseray, le délégué général de l’association pro-voiture  40 Millions d’automobilistes , qui estime que les mesures vont dans la bonne direction. Même ligne pour Jean-Yves Salaün, le délégué général de l’association  Prévention routière , également satisfait. Une convergence de vues assez rare pour être soulignée. Illustration avec trois exemples concrets.

LIRE AUSSI >> Sécurité routière : les principales annonces du ministère

Abaissement du seuil d'alcoolémie à 0,2 g pour les nouveaux conducteurs
"Comment pourrait-on être contre cette mesure quand on sait que l’alcool est la première cause de mortalité au volant chez les jeunes", explique le délégué général de 40 Millions d’automobilistes, qui déplore toutefois "une stigmatisation", la règle n’étant pas la même pour tout le monde. Un argument balayé par Jean-Yves Salaün : "C’est une mesure pour sauver la vie des jeunes et leur permettre de prendre très tôt le réflexe de ne pas boire."

► Interdiction des oreillettes, casques et écouteurs
"Ça va dans le bon sens", assure Pierre Chasseray, qui loue la possibilité laissée aux automobilistes de téléphoner grâce à un système embarqué dans le véhicule. "On offre une alternative intelligente et plus sécurisante." Pour Jean-Yves Salaün, ce "nouveau pas" dans la lutte contre l'utilisation du téléphone au volant, et sa manipulation, est une excellente nouvelle. Le délégué général regrette toutefois que le problème de l’attention ne soit pas pleinement résolu. "Téléphoner en conduisant, c’est dangereux !" martèle-t-il.

 Interdiction de se garer avant les passages piétons
Là encore, la mesure fait l’unanimité. "C’est une mesure de bon sens", assure l’association de la Prévention routière. Idem pour 40 Millions d’automobilistes, qui lie toutefois sa pleine acceptation par les conducteurs au remplacement des places de stationnement perdues. Si des divergences de forme sont là, sur le fond, les deux responsables associatifs pointent la justesse globale des mesures.

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent