Ségolène Royal joue la montre sur Notre-Dame-des-Landes

Ségolène Royal joue la montre sur Notre-Dame-des-Landes

DirectLCI
AEROPORT – La nouvelle ministre de l’Ecologie a indiqué qu’elle "souhaitait attendre, comme l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault l'avait dit, l'issue des recours" en justice sur le dossier du projet Notre-Dame-des-Landes.

Ni oui, ni non. La nouvelle ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a joué la montre sur le projet sensible d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle s’est exprimé sur le sujet dimanche lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

Quel avancement pour le projet ? Ségolène Royal a indiqué qu’elle "souhaitait attendre, comme (l'ex-Premier ministre) Jean-Marc Ayrault l'avait dit, l'issue des recours" en justice. Interrogée sur ses déclarations passées, dans lesquelles elle émettait des doutes sur l'avancement du projet , la ministre a reconnu avoir "toujours pensé que le dialogue devait se renouer autour d'un projet élaboré avant même que le TGV Nantes-Paris existe et qu'il fallait peut-être remettre les choses à plat".

"Pas une surprise"

De son côté, Françoise Verchère, présidente du Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (Cédpa), s'est dite "soulagée de savoir qu'il n'y aura pas d'intervention sur la zone". "Mais ce n'est pas suffisant, il faut revenir sur le fond du dossier, sur les mensonges".

Pour Philippe Magnen, vice-président EELV du conseil regional des Pays de la Loire, ces déclarations ne sont "pas une surprise" sachant que "Ségolène Royal avait déjà demandé un moratoire lors de la primaire socialiste en 2011".

Confié en 2010 au groupe Vinci pour remplacer l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique, le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame des-Landes est de facto gelé en raison de procédures engagées par des opposants, qui doutent de sa pertinence et craignent un impact irréparable sur l'environnement.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter