Semaine de la presse à l’école : "Les enfants doivent prendre conscience du monde qui les entoure"

Semaine de la presse à l’école : "Les enfants doivent prendre conscience du monde qui les entoure"

DirectLCI
INTERVIEW - François Dufour est le rédacteur en chef de Mon Quotidien, journal pour enfants et adolescents créé en 1995. A l'occasion de la semaine de la presse et des médias à l'école, il explique pour metronews la recette d’une presse jeunesse de qualité.

Mon Quotidien est devenu en 20 ans un journal mythique, porte d’entrée pour les enfants dans le monde de l’information. Décliné en trois versions pour les 7-10 ans, les 10-13 ans et les 14-17 ans, la publication compte 150 000 abonnés. Quelle est la recette pour capter l’attention du jeune lectorat ? Metronews pose la question au rédacteur en chef François Dufour. 

Comment intéresser les jeunes à l’information ?
En premier lieu, il y a un principe immuable dans notre rédaction : la lecture de Mon Quotidien ne doit pas dépasser 10 minutes par jour, sinon l’enfant décroche. L’autre point essentiel est de traiter l’actualité qui intéresse les jeunes et non pas l’actualité des adultes expliquée aux jeunes. Notre but final est de faire prendre conscience à nos 150.000 abonnés du monde qui les entoure.

Les enfants constituent-ils un lectorat homogène ?
Non, car les centres d’intérêts varient selon les âges. Les 7-10 ans savent tout juste lire et s’intéressent à leur environnement proche, les 10-13 ans s’intéressent à tout et les 14-17 ans sont davantage tournés vers les nouvelles technologies. Il existe donc trois versions de Mon Quotidien et des rédacteurs en chef junior viennent sélectionner à la rédaction les sujets qui seront dans le journal.

Est-il possible d’aborder tous les sujets d’actualité ?
Si nous leur parlons de triangulaires lors des municipales, nos abonnés ne nous liront pas. Globalement, la politique ne les intéresse pas. En revanche, nous pouvons aborder les boat people de Lampedusa, car il y a des enfants parmi eux. Les petits s’intéressent aux sujets de proximité, les pré-ados aux records, à tout ce qui est spectaculaire, les ados aux injustices dans le monde des adultes, comme le racisme ou la prostitution. L’important, c’est de toujours se mettre dans leur peau. 

Plus d'articles