Séquestré et tabassé à mort sous les yeux de sa famille

FRANCE
FAIT DIVERS - Dans la nuit de mardi à mercredi une famille a été séquestrée à Aubignosc (Alpes-de-Haute-Provence) par trois cambrioleurs. Violemment frappé par les agresseurs, le père n'a pas survécu à ses blessures.

Le cambriolage a très mal tourné. Un père de famille, âgé d'une quarantaine d'années, est décédé après avoir été violemment agressé lors d'un cambriolage dans la nuit mardi à mercredi à son domicile à Aubignosc (Alpes de Haute-Provence) .

Selon les premiers éléments de l'enquête, vers 1 heure, dans la nuit de mardi à mercredi, trois individus se sont introduits dans une maison assez isolée, de ce petit village, situé à une trentaine de kilomètres de Digne-les-Bains, où dormaient un couple et leur fils âgé de 15 ans.

La mère et le fils en état de choc

La famille a été séquestrée, le père et la mère violemment frappés alors que les cambrioleurs étaient à la recherche de bijoux ou d'argent liquide. Les malfrats ont ensuite pris la fuite. "Au moins trois individus seraient impliqués", a déclaré le procureur de la République à Digne-les-Bains, Stéphane Kellenberger. 

Inconscient à l'arrivée des secours, le père est décédé des suites de ses blessures. "Son 'épouse a constaté que son mari était en arrêt cardio-respiratoire, les secours n'ont pu le ranimer", a dit le chef de la cellule communication de la gendarmerie Paca, le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini. "Légitimement très choqués", la femme de la victime et son fils ont été hospitalisés, a précisé M. Kellenberger. L'autopsie du père doit être pratiquée jeudi à Marseille "pour mieux préciser le mécanisme ayant conduit au décès", a-t-il ajouté. Le parquet de Digne-les-Bains a confié l'enquête à la Section de Recherche de Marseille et à la Brigade de Recherche de Forcalquier.

Un homme "reconnu" et apprécié

Sur les lieux du drame, ce mercredi après-midi, plusieurs véhicules de gendarmerie étaient encore garés devant la maison où les faits sont survenus. Des enquêteurs y procédaient à des relevés d'indices, notamment devant la porte d'entrée de cette bâtisse cossue de plusieurs niveaux, située un peu à l'écart du village.

"Nous sommes dans une petite commune rurale, on a subi quelques actes de délinquance mineurs, mais jamais quelque chose de ce style", confie le maire d'Aubignosc, René Avinens. "Tout le monde est sous le choc", a-t-il poursuivi, soulignant que la victime, originaire du village, y avait fondé son entreprise de maçonnerie et y avait construit sa maison. "C'était quelqu'un de très reconnu", a-t-il déclaré, rappelant qu'il avait aussi été président du comité des fêtes local.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter