Modes de transmission, protection... Encore beaucoup trop d'idées fausses sur le Sida, surtout chez les jeunes

FRANCE

SOLIDARITÉ - Le 23ème Sidaction débute ce vendredi : durant trois jours, des milliers de bénévoles vont être mobilisés pour recueillir des promesses de dons. Et le combat est loin d'être terminé tant les Français manquent encore de connaissance sur la maladie, comme le montre un sondage Ifop réalisé pour l'événement.

Le 23ème Sidaction débute ce vendredi pour trois jours d'information et de collecte de dons. Une opération de sensibilisation dont on aimerait bien se passer, mais qui reste essentielle. Car les chiffres sont là, édifiants : chaque année, 6000 personnes sont encore diagnostiquées séropositives en France. "Malgré de nombreuses victoires, le combat n'est pas terminé. Donnez !" est donc le mot d'ordre de cette nouvelle campagne lancée pour la première fois en 1994.

"Ne baissons pas les bras, les progrès sont là, mais le sida n'est pas vaincu'", disent dans un texte commun les deux fondateurs de l'événement, Pierre Bergé et Line Renaud. Et pour cause. Selon un sondage Ifop/Bilendi réalisé pour le Sidaction, les idées fausses et reçues persistent, surtout dans l'esprit des 15-24 ans. Ainsi, 16% des Français penseraient, par exemple, que le virus du sida peut être transmis en s'asseyant sur un siège de toilettes publiques, et 15% des personnes interrogées (27% chez les 15-24 ans) croient encore qu'il peut l'être en embrassant une personne séropositive ! Tout aussi grave, seule une personne interrogée sur deux sait qu'il existe désormais un autotest de dépistage du sida vendu en pharmacie.

Voir aussi

25.000 personnes ignorent encore qu'elles sont séropositives

Et surtout, malgré tout le travail de prévention, certains ont encore des comportements à risques et ne se protégent pas toujours, notamment parmi les plus jeunes, comme a pu le constater France-Bleu Loire dans les rues de Saint-Etienne. Les témoignages glanés sont consternants, à l'image de celui de Yann, 22 ans : "J'avoue qu'il y a des fois où je ne me suis pas protégé, mais le lendemain je l'ai vraiment regretté. Attendre le résultat du test de dépistage, ça n'est vraiment pas agréable".

"Faut-il encore rappeler qu'il n'existe pas de vaccin contre le VIH ? Faut-il redire qu'en 2017, on ne guérit toujours pas du sida ? (...) Notre combat est également un combat contre la maladie, la peur, l'exclusion et les inégalités", martèlent les deux fondateurs de Sidaction.

En France, 153.000 personnes vivent avec le VIH. Parmi elles, 25.000 ignorent encore qu'elles sont séropositives. Il faut donc plus que jamais rester mobilisé. Si vous voulez donner au Sidaction, il faut appeler le 110 ou se rendre sur le site sidaction.org. L'an dernier, le Sidaction avait permis la collecte de 4,21 millions d'euros de promesses de dons.       

Ce sondage Ifop/Bilendi pour le Sidaction a été réalisé en ligne du 8 au 13 février auprès d'un échantillon de 1 001 personnes, âgées de 15 à 24 ans, et d'un échantillon de 1 007 personnes, âgées de 15 ans et plus.  

Lire aussi

En vidéo

Sidaction : Line Renaud et Jean-François Delfraissy invités du 20h de TF1

Lire et commenter