SNCF : Le ras-le-bol des passagers de la ligne Lyon-Grenoble

SNCF : Le ras-le-bol des passagers de la ligne Lyon-Grenoble

DirectLCI
TRANSPORTS - Les usagers de la ligne Lyon-Grenoble en ont assez, et sont bien décidés à le faire savoir. Dans une pétition lancée fin janvier, ils réclament un mois d’abonnement gratuit à la SNCF. La raison de cette grogne ? Des retards et des annulations de trains qui auraient grimpé en flèche au cours du dernier semestre 2013.

Pour Patrice Belvegue, président de l’Association Dauphinoise des Usagers du Train (ADUT) , l’année 2013 aura été un cauchemar. "Après d’importants travaux réalisés au premier semestre 2013, la ponctualité des trains s’est beaucoup dégradée entre le mois de septembre et décembre", affirme-t-il. Alors que la ligne Lyon-Grenoble reste la première liaison ferroviaire de la Région Rhône-Alpes avec près de 30 000 passagers par jour, la qualité du service n’aurait cessé de chuter.

"En temps normal, cette ligne affiche déjà une ponctualité de 80%. Pour un pendulaire qui prend le train tous les jours, 10 trains sur 2 sont en retard et un train tous les 15 jours est annulé", affirme-t-il. Or, selon lui, cette détérioration a des conséquences directes sur le quotidien des passagers. "Cela entraîne des surcoûts, comme le fait de devoir prendre sa voiture pour se rendre au travail le matin, ou de payer une nourrice plus longtemps le soir car le train a du retard. Sans oublier que certains ont dû renoncer à prendre le train, car ils ne pouvaient pas arriver en retard aussi souvent !", résume Patrice Belvegue. C'est pourquoi une pétition lancée fin janvier a déjà recueilli une centaine de signataires.

Des retards, malgré les investissements

Si la SNCF n’a pas souhaité répondre aux questions de metronews, la Région Rhône-Alpes -qui a attribué une enveloppe de 400 millions d’euros pour l’acquisition de nouvelles rames pour les trains régionaux (TER)- affirme qu’elle prête une oreille attentive au dossier. "Nous tiendrons la semaine prochaine une réunion avec la SNCF et RFF dans laquelle ces problèmes de ponctualité et de service seront examinés", rapporte Eliane Giraud, vice-présidente en charge des transports et des déplacements à la région Rhône-Alpes.

Elle pointe du doigt les efforts déjà consentis par les collectivités : "Nous avons investi 100 millions d’euros par an pour le matériel roulant, et 20 millions d’euros pour l’aménagement de nouvelles gares. La SNCF devra donc s’exprimer sur les causes de ces retards". La situation du nœud ferroviaire lyonnais devrait toutefois s’améliorer puisqu’une vingtaine de nouveaux trains, plus spacieux, seront livrés d’ici la fin de l’année. En 2012, 400 000€ de pénalités ont été infligées à la SNCF pour les retards et les trains supprimés en Rhône-Alpes.

Plus d'articles

Lire et commenter