SNCM : début de la procédure de redressement judiciaire

FRANCE

TRANSPORT – La société Transdev a annoncé vendredi avoir demandé à la SNCM, dont elle est actionnaire majoritaire, de rembourser les prêts qu'elle lui avait octroyés, ce qui devrait lancer le processus de redressement judiciaire, indispensable selon les actionnaires.

La procédure de redressement judiciaire est lancée. Au terme de plusieurs réunions en préfecture pour faire le point sur la situation à la SNCM, l’actionnaire principal de la compagnie maritime, Transdev, vient de prendre une décision lourde de sens.

Dans un courrier adressé au conseil de surveillance, l’actionnaire demande le remboursement intégral des prêts concédés (plusieurs millions d’euros) au transporteur qui n’est pas en mesure d’honorer ses prêts. De fait, la SNCM se retrouve dans une situation de redressement judiciaire.

Un moyen selon Trandev d’éviter la disparition de la compagnie

Transdev précise que cette procédure "vise à empêcher la disparition pure et simple de la SNCM et de l'ensemble de ses activités et ses emplois", tout en préservant la délégation de service public" entre la Corse et le continent.

Cette solution peut également permettre, selon Transdev, d'éponger le passif financier de la SNCM et l'affranchir des condamnations de Bruxelles à rembourser des centaines de millions d'euros d'aides de l'Etat jugées illégales.

Inquiétude des syndicats

Pour Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC, "les actionnaires placent la compagnie en cessation de paiement artificiel, alors qu'il y a 35 millions d'euros de liquidités".

"Nous n'avons pas eu plus de garanties données sur le volet social", ajoute-t-il, soulignant qu'"il appartiendra au président du tribunal de commerce d'analyser la situation". Un comité d'entreprise, qui avait été suspendu mercredi, doit reprendre lundi matin à Marseille.
 

Lire et commenter