Sniper de Varces : le commanditaire présumé acquitté

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE – Mourad Bouziane risquait vingt ans de prison pour "complicité de meurtre en bande organisée" et "association de malfaiteurs" pour avoir commandité le meurtre d'un détenu en 2008. Il a finalement écopé de neuf ans d'emprisonnement pour des délits annexes.

Mourad Bouziane n'a donc pas commandité le meurtre de Sghaïr Lamiri. Ainsi en a décidé ce lundi la cour d’assises du Rhône. Le 28 septembre 2008, sur fond de guerre des gangs grenoblois pour le contrôle du trafic de drogue, Lamiri avait été abattu par un sniper alors qu'il se trouvait dans la cour de promenade de la maison d'arrêt de Varces (Isère).

Quelques minutes après cette exécution spectaculaire - une "première en Europe", selon le parquet -, Marcel Egea, 61 ans, avait été arrêté au pied d'une colline avoisinante, en possession d'un fusil de chasse à lunette au canon encore chaud. Mourad Bouziane avait alors été accusé d'avoir commandité ce meurtre et avait été condamné en première instance à quinze ans de réclusion pour "complicité de meurtre en bande organisée" et "association de malfaiteurs".

Egea s'était suicidé

Les enquêteurs avaient en effet établi des liens entre Egea et Mourad Bouziane, alors âgé de 23 ans et simple "exécutant" dans son clan. Ce dernier avait notamment fait remettre au sniper présumé, en prison, 500 euros, du cannabis et des vêtements Lacoste.

Ce lundi, la cour d’assises d'appel du Rhône a acquitté Bouziane des chefs de complicité de meurtre en bande organisée et d'association de malfaiteurs, retenant seulement contre lui des délits de "complicité de remise illicite d'objets à détenu" ainsi que "d'infraction à la législation sur les stupéfiants". Des faits pour lesquels il a été condamné à neuf années d’emprisonnement. Marcel Egea s'était quant à lui suicidé au matin de son procès , qui devait avoir lieu en avril 2012.
 

Lire et commenter