Soldes d’hiver à Nice : une fréquentation en baisse

FRANCE

COMMERCE - " Il y a moins de monde." Le constat revient dans la bouche de bon nombre de commerçants niçois. Une semaine après son lancement, les soldes d’hiver ne font pas fureur dans la capitale azuréenne.

"C’est relativement calme" souffle Nicolas. Le responsable d’un magasin de vêtements pour homme, rue Massena à Nice, pianote sur son ordinateur. "C’est bon j’ai les chiffres de la fréquentation : -13 % mardi, -27 % lundi, -8 %"

Tout était bien parti pourtant avec une hausse de 13 % mercredi dernier, lors du premier jour des soldes d’hiver. "On s’est dit : 'génial, ça démarre fort !' et puis le soufflé est retombé, déplore Nicolas. Tout n’est pas négatif. Nous restons dans nos objectifs de ventes. Cela veut dire que nous avons moins de clients mais qu’ils achètent plus."

Rondes policières

Même sentiment pour Yann dans un magasin de chaussures de l’avenue Jean-Médecin. Le jeune homme estime que les raisons de la désaffection des clients ne sont pas à chercher du côté des attentats de la semaine dernière à Paris. " Les rondes policières sont efficaces. Les gens se sentent rassurés", précise-t-il. Selon lui, c'est plutôt la faute d'Internet : "Les codes de la consommation changent et c’est à nous de nous adapter. Nous avons d'ailleurs créé un site pour pouvoir répondre à cette demande."

Des clients perdus

Ses achats à la main, Christine relate ses dernières "prises" à une amie au téléphone. La Niçoise de 59 ans constate que les promotions de plus en plus précoces viennent concurrencer les traditionnels soldes. Le pouvoir d'achat est en cause aussi. "Avec la crise, on fait plus attention", confie-t-elle.

Toujours sur l’avenue Jean-Médecin, Vincent, vendeur de prêt-à-porter masculin, s’attelle au rangement de la vitrine. Il renchérit : "Les clients sont totalement perdus maintenant avec des opérations de promotion qui ont lieu toute l’année. Cela influe sur leurs comportements aujourd’hui."

Lire et commenter