Sondage : 35% des Français racistes, Manuel Valls est-il fautif ?

Sondage : 35% des Français racistes, Manuel Valls est-il fautif ?

DirectLCI
RACISME - Selon le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme publié mardi, la parole raciste s'est banalisée l'an dernier. 35% des Français se déclarent racistes. Les musulmans et les Roms sont principalement visés.

Les Français n'hésitent plus à dire ce qu'ils pensent. Publié mardi, le rapport annuel de la CNCDH  (Commission nationale consultative des droits de l'Homme) sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie, montre que la parole raciste s'est banalisée en France. D'après ce sondage, 35% des Français assurent être racistes. Dans le détail, 9% se disent "plutôt" racistes (+2 points par rapport à 2012) et 26% se déclarent "un peu racistes" (+4 points). Principales cibles : les musulmans et les Roms.

Le rapport de la CNCDH montre ainsi que 85% des sondés pensent que les Roms exploitent très souvent les enfants (+10 points par rapport à 2012). "Ces résultats sont très inquiétants", constate Me Henri Braun, avocat de l'association La Voix des Roms, pour qui "l'exemple vient avant tout des élites politiques". Selon lui, "il est plus facile de trouver des boucs émissaires que de trouver des solutions aux problèmes comme le chômage". 

Et Manuel Valls dans tout ça ?

Au mois de septembre dernier, l'ancien ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait justement créé la polémique  sur ce sujet, en déclarant au micro de France Inter que le mode de vie des Roms était "évidemment en confrontation avec celui des Français" et qu'ils avaient "vocation à retourner en Bulgarie et en Roumanie". Pour Me Henri Braun, pas de doute : l'actuel Premier ministre a "une part très importante de responsabilité" dans les résultats de ce sondage. "Ce genre de propos peut avoir des conséquences très lourdes sur la vie des gens. En plus, ce n'était pas la première fois que Manuel Valls faisait une déclaration comme celle-ci", déplore-t-il.

Concernant la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre , là encore, le constat de Me Henri Braun est sévère : "Cela m'inquiète beaucoup. Les fractures ne vont faire que s'élargir un peu plus. Cette nomination me fait craindre le pire, non pas seulement pour les Roms mais pour la société française dans son ensemble".

Plus d'articles

Sur le même sujet