Spectacle de Dieudonné : que peut-il se passer ce soir au Zénith de Nantes ?

Spectacle de Dieudonné : que peut-il se passer ce soir au Zénith de Nantes ?

DirectLCI
POLEMIQUE – Le tribunal administratif de Nantes a finalement suspendu l’arrêté interdisant le spectacle de l’humoriste. Le conseil d'Etat a été saisi. Que va-t-il se passer ce soir au Zénith de Nantes?

Le spectacle de Dieudonné aura bien lieu ce jeudi soir à Nantes, sauf décision contraire du conseil d'Etat qui se réunit à 17 heures pour statuer en appel. La décision doit être annoncée dans la foulée de l'audience, sans doute avant le début du spectacle, prévu à 20 h 30. Le directeur du Zénith, Denis Turmel a prévenu qu'il n'ouvrirait pas les portes de la salle tant que l'arrêt de la haute juridiction ne serait pas rendu.

L'effervescence médiatique et politique a fait monter la pression autour de cette première date de la tournée du polémiste. La sécurité a donc été renforcée. En début de semaine, Denis Turmel  précisait à metronews que les effectifs du service d’ordre "seront adaptés" dans l'enceinte du Zénith. A l'extérieur de la salle, une dizaine de camions de gendarmerie sont déjà positionnés pour prévenir d'éventuels débordements entre anti et pro-Dieudonné. 

"Pas un blanc-seing pour Dieudonné"

L’Union des étudiants juifs de France a annoncé d'ailleurs dans un communiqué qu’elle organiserait une "manifestation informative" ce jeudi soir. "Les gens doivent prendre conscience dès à présent de la gravité des propos qui seront tenus durant la représentation", assure les représentants de l’association. "Il ne fait pas de doute que ce meeting sera à nouveau le théâtre de déclarations racistes et antisémites, et d’apologie de crime contre l’humanité". La Ligue de défense juive appelle elle aussi à manifester ce soir.

Mercredi, place Royale à Nantes, une manifestation contre le racisme s’est tenue à l’initiative de la Licra. Une petite centaine de manifestants était présente. Le rassemblement a tourné à l’échange pacifique entre des pro-Dieudonné et les militants de l’association. Celle-ci a d’ailleurs appelé, dans un communiqué, à respecter la décision du tribunal :"Dans un Etat de droit, force est à la loi et ce qu’ont décidé les magistrats administratifs, garants des libertés publiques, doit être respecté. Il ne s’agit pas pour autant d’un blanc-seing donné à Dieudonné M’bala M’bala."
 

Plus d'articles

Sur le même sujet