Suicides chez les forces de l'ordre : l'Intérieur veut des mesures de prévention encore plus efficaces

FRANCE

ANNÉE NOIRE - Au cours de la semaine qui s'achève, six membres des forces de l'ordre ont mis fin à leurs jours. Une série noire qui inquiète le ministère de l'Intérieur. Gérard Collomb vient d'annoncer une évaluation des mesures de prévention des risques psycho-sociaux.

La semaine qui s'achève a été funestement marquée par le suicide de six membres des forces de l'ordre, dont trois sur la seule journée de dimanche. A la suite de cette hécatombe, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé vouloir "renforcer" l'efficacité des mesures visant à prévenir le suicide chez les forces de l'ordre. Ce 12 novembre, il a donc été demandé aux directeurs généraux de la police nationale, de la gendarmerie nationale et de la sécurité intérieure de présenter une évalution des mesures mises en oeuvre pour prévenir ces suicides au sein de leurs rangs. 

L'objectif étant, selon le communiqué, d'évoquer "les dispositifs existants et les moyens d'en renforcer encore l'efficacité".

44 policiers et 16 gendarmes se sont donné la mort depuis le début de l'année 2017, a affirmé le ministère de l'Intérieur, dans un communiqué publié quelques minutes après l'annonce du suicide de l'ex-chef de la lutte anti-hooliganisme, le commissaire Antoine Boutonnet.  

Voir aussi

En vingt-cinq ans, 1135 policiers ont mis fin à leur jour, la moitié avec leur arme de service. 2017, comme 1996 ou 2014, s’annonce comme une année noire. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter