Tempête Ana : "de multiples facteurs impactants" et "un grand rayon d'action", selon Météo France

France
DirectLCI
MÉTÉO - D'où vient la tempête Ana, qui s'est abattue sur tout le pays ce lundi ? Quelles évolutions sont à attendre ? LCI a interrogé un prévisionniste de Météo France.

La tempête Ana s’est abattue sur tout le pays, ce lundi 11 décembre, provoquant une vague d'alertes météo. Jusqu’à 34 départements ont été placés en vigilance orange pour vent violent, avalanches, pluie-inondation ou encore neige-verglas. Ces intempéries vont-elles durer ? Un prévisionniste de Météo France a expliqué à LCI les évolutions attendues dans les prochaines heures et dans les prochains jours. Il nous explique également pourquoi cette tempête s'appelle Ana et quel sera le nom de la prochaine. 

"A midi, plusieurs départements sont sortis de la vigilance car la dépression s’est décalée vers le nord et le vent a cessé petit à petit de souffler à l’ouest. Une amélioration est attendue pour ce soir et cette nuit : les fortes précipitations dans le sud-est et les Alpes vont faiblir", nous explique François Jobard, prévisionniste chez Météo France. "Le centre de la dépression, qui s'est formée ces dernières 18 heures au large de la Vendée, remontera vers le bassin parisien et la Belgique d’ici ce soir", a continué le météorologue.

Une tempête hivernale "classique"

Si la tempête a fait quelques dégats et que des centaines de milliers de foyers ont été privés d'électricité, Frédéric Jobard nous a expliqué qu'elle n'avait rien d'exceptionnel. "Cette tempête hivernale occasionne certes des vents violents, mais leur violence n’est pas exceptionnelle. Il s’agit d’une tempête hivernale classique du point de vue de la force des vents. On a par exemple observé jusqu’à 161 km/h sur un cap exposé de l’île de Ré, 137 km/h sur l’île d’Yeu et 129 km/h sur l’île d’Oléron. Dans les terres, nous avons relevé des vents à 116 km/h à La-Roche-sur-Yon, 121 km/h à Blois et 104 km/h à Poitiers."


"Toutefois, ce qu'il faut noter à propos de cette tempête, c'est la multiplicité des facteurs impactants", selon le prévisionniste. "Des départements sont en vigilance pour le vent, mais aussi pour la neige ou pour des phénomènes de vague-submersion. Le rayon d’action de la tempête est grand : le vent de sud-ouest balaie jusqu’en Méditerranée, de l’Hérault aux Alpes-Maritimes. De fortes chutes de neige sont également attendues sur l’ensemble des Alpes. Nous notons de forts risques d’avalanches sur la chaîne alpine, ils seront même particulièrement élevés sur le Mercantour."


Enfin, Frédéric Jobard nous a expliqué pourquoi cette tempête avait été nommée Ana. "Il s’agit d’une première, de la part de Météo France. Depuis le 1er décembre, nous collaborons avec les services météorologiques espagnol et portugais pour nommer les coups de vent et les tempêtes. Jusqu’à maintenant, nous reprenions les noms des Anglais ou des Irlandais, qui nommaient leurs propres tempêtes, ou encore les noms des météorologues de Berlin pour les dépressions qui touchaient l’Europe. Nous avons donc maintenant notre propre liste de noms, par ordre alphabétique. Le suivant sera Bruno."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter