Toulouse: la Ville rose débarque sur Snapchat

FRANCE
RESEAU SOCIAL - Au mois de septembre 2014, Toulouse est devenue la première ville de France à utiliser l’application « Snapchat ». Une nouveauté qui consolide son statut de ville numérique.

Les Toulousains de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux . Facebook, Twitter, Instagram, Vine…Dernière tendance en date... posséder un compte Snapchate. Toulouse est d'ailleurs la première ville en France à utiliser ce réseau social. Déjà un millier de personnes se sont abonnés à ce compte.

"L'objectif de notre présence sur Snapchat est de toucher les jeunes de 15 à 25 ans qui ne savent pas forcément tout ce que la ville fait pour eux", explique Bertrand Serp, élu en charge du numérique à la mairie. Estimés à 82 millions dans le monde, les utilisateurs de l’application qui permet de s'envoyer des photos et des vidéos, sont jeunes, puisque 71% d’entre eux ont moins de 25 ans, selon une estimation du journal en ligne Business Insider.

"Nous voulons promouvoir la qualité de vie toulousaine grâce à un outil nouveau (Snapchat a été lancé en 2011, ndlr) et original auprès d’un jeune public qui s’installe et découvre la Ville rose" poursuit Bertrand Serp. Aujourd’hui, chaque "story" est vue en moyenne 200 à 400 fois.

Les entreprises s'y mettent

Mais il n'y a pas que la ville de Toulouse qui souhaite renforcer sa présence sur les réseaux sociaux pour toucher le public le plus large possible. Coline Cassagnes, Community manager de La Cantine à Toulouse (spécialiste du numérique) constate qu’il y a " beaucoup de chefs d’entreprises qui veulent apprendre à utiliser les réseaux sociaux pour construire leur image sur le web. On reçoit environ cinq demandes par semaine". Un engouement pour le monde numérique qui ne s'arrête pas à Facebook ou Twitter, les réseaux sociaux les plus utilisés. " Il y a un grand engouement pour la photo à Toulouse", poursuit Coline Cassagnes. La preuve? Le compte Instagram de la Ville rose compte presque 5 000 followers, quand à Nice il n’y en a qu’un millier et seulement 563 à Lyon.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter