Toulouse : le funéraire se met aussi au low-cost

FRANCE
TENDANCE - Eco Plus Funéraire, c'est la nouvelle branche low-cost de l'entreprise Le Choix Funéraire. La première enseigne a ouvert le 10 octobre à Toulouse en affichant des prix cassés.

"Mourir ne doit pas être un luxe." Avec un tel slogan, difficile de passer à côté de ces pompes funèbres aux couleurs inhabituelles, jaune et vert. Le premier Eco Plus Funéraire de Toulouse, filiale low-cost de la société Choix Funéraire, s'est installé dans le quartier de la Cartoucherie.

"L'objectif ce n'est pas de faire du discount", précise immédiatement Benjamin Barthe, assistant au sein de la boutique. "La qualité des services ne baisse pas avec le prix", ajoute-t-il.

Service à minima

Le forfait le moins cher est fixé à 1 350 euros, alors qu' une récente étude de l'UFC-Que choisir a révélé que les familles françaises dépensaient en moyenne 3 350 euros pour des obsèques . Pour casser les prix, l'entreprise a fait simple : pas d'employés, (les porteurs viennent du Choix Funéraire) et pas de véhicule funéraire, (emprunté le moment venu). Enfin, les cercueils sont "très basiques, en pin ou chêne et ne sont pas réservés qu'à la crémation" précise Benjamin Barthe.

Selon le budget de chacun, il est évidemment possible d'avoir un cercueil plus luxueux contre un prix plus élevé. "C'est sûr que ça va marcher !" Aux pompes funèbres du Sud-Ouest, Etienne Vasselin n'est pas dupe, son nouveau voisin va devenir une concurrence sérieuse.

Les concurrents conscients du danger

Pourtant, il ne semble pas plus inquiet que ça : "On va perdre une certaine catégorie de clients, les familles moins aisées, mais –malheureusement il y aura toujours du travail pour toutes les pompes funèbres" affirme-t-il.

Le principal danger ne vient pas forcément des obsèques, mais plutôt des produits dérivés, fleurs, plaques tombales, que propose aussi Eco Plus Funéraire, à prix défiant toute concurrence. Pour une plaque, il faut compter "environ 50€ moins cher que chez les autres" explique Benjamin Barthe.

"On va clairement ressentir la baisse sur ces produits" regrette Etienne Vasselin, avant d'ajouter : "Je comprends l'arrivée de ce type de projet, c'est la crise et certaines personnes ont besoin de cette gamme de prix". En revanche, une baisse des tarifs dans sa boutique, "n'est pas à l'ordre du jour".
 

Lire et commenter