Toulouse : les Molex seront indemnisés

Toulouse : les Molex seront indemnisés

SOCIAL - Les prud'hommes de Toulouse ont jugé ce jeudi dénué de fondement le licenciement en 2009 des 283 salariés de l'usine française du géant américain Molex à Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), donnant droit au versement d'indemnités considérables à ceux qui ont saisi la juridiction.

Une décision satisfaisante. Jeudi, 190 ex-salariés qui ont entamé en 2010 une action en justice contre leur ancien employeur Molex à Villemur-sur-Tarn ont accueilli avec un "ouf" de soulagement la décision du tribunal des prud'hommes.

La juridiction a estimé que les licenciements de 283 salariés à la suite de la fermeture de l'usine en 2009 étaient illégitimes et "sans cause réelle et sérieuse". "Au-delà de la satisfaction de la décision, c'est la sensation d'immense gâchis qui prédomine, regrettait Denis Parise, porte-parole des ex-salariés. Sans cette fermeture, on aurait pu être compétitif, et travailler dans un site neuf aux côtés de 400 ou 500 salariés".

Jusqu'à 100 000 euros d'indemnités par personne

Mais la bataille des Molex n'est pas pour autant terminée : le géant américain dispose d'un mois pour faire appel de la décision et contester le paiement de ces indemnités qui peuvent s'élever pour certains salariés à 100 000 euros par personne.

Alors qu'une cinquantaine d'anciens de l'usine de connectique avaient fait le déplacement à Toulouse, leur T-shirt bleu symbole de leur lutte sur les épaules, Nicole, affichait un large sourire au moment de monter dans le bus qui devait la ramener à son domicile. "Cela démontre que même si notre usine était "vieillotte", notre activité était viable et que les gens travaillaient bien", relate celle qui a passé 38 ans sur le site de Villemur-sur-Tarn.

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

Lire et commenter