Toulouse : l'université du Mirail s'inspire de Facebook et Twitter

Toulouse : l'université du Mirail s'inspire de Facebook et Twitter

France
DirectLCI
EDUCATION – Bee Api permet aux étudiants et aux professeurs de la fac de lettres d'échanger, comme sur Facebook et Twitter.

Echanger des coups de cœur sur un livre, un film, débattre d'un sujet de société... C'est l'objectif du réseau social Bee Api lancé il y a un mois à l'université du Mirail.

A mi-chemin entre Facebook et Twitter, il est potentiellement accessible aux 23 000 étudiants, ainsi qu'aux enseignants et au personnel administratif. "C'est un outil pour amener les usagers à davantage s'exprimer", explique Eric Ferrante ingénieur à la direction des technologies de l'information et en charge de l'administration de l'application.

Sortir les débats des amphithéâtres

Photos, vidéos, liens vers des sites de recherches ou lectures… Si le cahier des charges impose que les contenus des échanges touche aux domaines d'activités enseignés à l'université – on ne pourra pas, par exemple, jouer à Flappy Bird – l'application, dont le logo représente une abeille, permettra d'exporter les sujets de débats et de discussions jusque-là confinés aux amphithéâtres et aux salles de cours sur la toile.

Deux ans pour réussir

"Avec Bee Api, tout le monde se trouve au même niveau", ajoute encore Eric Ferrante. Le président de l'université et un étudiant de première année en sociologie pourront partager un coup de cœur… ou de gueule ! "On admet les échanges virulents s'ils sont argumentés", précise même Eric Ferrante qui compte sur l'auto modération pour éviter les dérapages.

L'administration s'est donnée deux ans pour confirmer le succès de Bee Api. Habituée des réseaux sociaux, Stéphanie Delmotte, documentaliste au centre de ressources langues (CRL), a effectué il y a quelques jours ses premiers pas sur Bee Api. Et se félicite des résultats : "Cela permet de diffuser des informations ciblées sur les actualités universitaires ".  

Sur le même sujet

Lire et commenter