Toulouse: opération escargot contre le projet de bus express

Toulouse: opération escargot contre le projet de bus express

DirectLCI
TRANSPORTS – Des riverains des quartiers Lardenne et Saint-Cyprien ont pris le volant ce matin pour protester contre le futur bus à haut niveau de service attendus en ville. Ils ont provoqué des bouchons dans le centre-ville.

Une trentaine de véhicules ont participé ce jeudi matin à une opération escargot entre l'hippodrome de la Cépière et la gare Matabiau pour protester contre le projet de bus à haut niveau de service (BHNS). En roulant de front à 20 km/h sur le futur trajet toulousain du bus, les automobilistes en colère, pour la plupart riverains des quartiers Lardenne et Saint-Cyprien, entendaient montrer "les conséquences qu'aura la plateforme sur les avenues" du centre-ville. Et la petite pagaille espérée a bien eu lieu.

10h15, avenue de Lombez. Bloquée sur un rond-point, une conductrice montre clairement des signes d'impatience. "Elle est énervée, la dame, mais nous aussi on sera énervé quand on aura des travaux en bas de chez nous pendant deux ans", commente calmement Daniel, au volant de sa 206 "décorée" de tracts.

Un bus toutes les 7 minutes

Ce trentenaire habite le quartier depuis 1999 et ne tient pas à assister à sa "défiguration". "Nous tenons à nos arbres, nos places de parking et au lien social dans le quartier. Cette 'autoroute' va tout détruire, affirme-t-il. Les travaux vont coûter cher et ne servir à rien, car on a déjà tout ce qu'il faut ici pour aller jusqu'à la gare."

Un plus haut dans le convoi, Jean-Claude et Monique, riverains de l'avenue de Lardenne, partagent le même avis. Et à la crainte de voir leur quartier se transformer dans le mauvais sens du terme, s'ajoutent celle d'une "potentielle expropriation" ou encore celle de devoir s'accommoder de nouvelles nuisances.

"Ils prévoient de faire circuler les bus toutes les 7 minutes environ, entre 5h et minuit, le temps de repos va être court…", tempête le couple de retraités. Bien que prévenus un peu tardivement, ils n'ont donc pas hésité à se joindre à l'opération. Gilet jaune sur le dos, Monique sort à chaque arrêt du convoi pour distribuer des tracts.

4000 signatures contre le BHNS

"Nous espérons sensibiliser encore plus de Toulousains sur cette question car on se rend compte que beaucoup de gens ne sont pas encore au courant du projet", souligne Marie-Claude Santucci, présidente de l'Association pour la sauvegarde du quartier Saint-Cyprien, à l'origine de la mobilisation.

"Nous ne sommes pas contre les transports en commun, tient-elle à signaler. Seulement, les BHNS ne sont pas du tout adaptés à des grandes villes comme Toulouse. Et nous ne sommes pas les seuls à le penser : la pétition que nous avons lancé en décembre a déjà recueilli 4000 signatures."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter