Toulouse: un après-midi au sein de la Patrouille de France

Toulouse: un après-midi au sein de la Patrouille de France

AERONAUTIQUE - A l’occasion du premier meeting aérien « Des étoiles et des Ailes » qui se tiendra à l’aéroport Toulouse Francazal, la Patrouille de France volera dans le ciel toulousain. Durant quelques heures nous avons suivi ces pilotes d'exception.

Les huit pilotes de la PAF (Patrouille acrobatique de France) se préparent pour le meeting de dimanche à l'aéroport Toulouse-Francazal. Avant de faire le show, les aviateurs répètent les chorégraphies. Chaque vol d'entraînement est précédé d'une répétition au sol.

Dans une pièce, les huit pilotes de la Patrouille de France retracent avec leurs mains chaque mouvement du ballet qu'ils devront assurer avec leurs Alphajet. Autour d’une table, le leader, celui dans l’avion de pointe, remémore le parcours qui devra être reproduit quelques minutes plus tard, dans le ciel. "Looping top ; fumée top" tout est retranscrit. Tous ont les yeux fermés sauf le leader. Les mains bougent comme si les aviateurs jouaient d’un instrument. Pendant vingt minutes, les pilotes se projettent mentalement dans le vol.

Précision et mental

Une fois l'opération terminée, les huit représentants de l’armée de l’air française se dirigent vers leurs avions. Au moment de grimper dans le cockpit, la concentration est au maximum. Yannick Quichaud, capitaine en charge de la communication, explique qu’en vol, "les pilotes sont espacés de seulement trois mètres les uns des autres". Et avec des conditions météorologiques optimales, les appareils volent à 1000 pieds (300 m), le plus bas possible. Le droit à l'erreur est interdit.

Un à un les avions se préparent à décoller. Après une demi-heure de reconnaissance visuelle en l’air, c’est le début des formations. A huit, ou en groupes de deux, quatre ou six, les pilotes se croisent, se frôlent et font le spectacle. "Dans l’avion, soucis du détail, précision et mental sont les principales qualités requises", raconte le commandant Romain Bethoux, pilote de l’avion numéro 4.

"Comme un bon footing!"

Surnommé "charognard" parce qu’il "mange" la couleur du leader, positionné devant lui, il sera leader de la PAF l’année prochaine. Une fierté pour lui. "En tant que patriote c’est magique de mettre les couleurs bleu, blanc, rouge dans le ciel". Dans le ciel, les huit avions peaufinent les derniers réglages pour le show de dimanche : sur certaines figures, les avions peuvent voler jusqu'à 1200 km/h et les pilotes encaisser des pressions allant de -7G à +10G (dix fois leurs poids).

Presque une formalité pour ces militaires qui s'astreignent à des entraînements physiques deux fois par jour. En descendant de son avion, Romain Bethoux glisse en souriant. "Après un vol je me sens comme après un bon footing".
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Jean Castex et Olivier Véran donneront une conférence de presse à 19h

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.