Tourisme : quand Clermont drague Lyon

Tourisme : quand Clermont drague Lyon

DirectLCI
ECONOMIE - La région Auvergne et Clermont-Ferrand en particulier entendent profiter de la prochaine fusion avec Rhône-Alpes pour attirer davantage de touristes lyonnais sur leurs territoires. Et pour cela, ils assurent avoir de bons arguments.

Certes, il n'y a pas les plages de la Côte d’Azur. Ni les paysages de la Corse. Mais Clermont-Ferrand (142 000 habitants) entend bien profiter de sa fusion avec Rhône-Alpes le 1er janvier prochain pour attirer davantage de touristes lyonnais sur son territoire.

"Les Rhônalpins connaissent finalement assez mal Clermont, note Frédéric Pilaud, le président de l’office de tourisme de la capitale auvergnate. Même s'ils représentent près de 40 % des visiteurs que nous accueillons chaque année, ils peuvent encore avoir l'image d'une ville un peu rustre alors qu'elle est au contraire très accueillante."

"Et en plus, on mange bien !"

Pour convaincre le Lyonnais d'aller de la choisir comme destination, Clermont-Ferrand se lance dans une vaste opération séduction et assure bénéficier de nombreux atouts. "Notre centre historique également vaut le détour, avec notamment la cathédrale, plus grand édifice au monde en pierre volcanique. Il n'y a pas de fleuves comme à Lyon mais une multitude de fontaines et de sources. Et les volcans nous surplombent . Bref, c'est le dépaysement assuré. Et en plus, on mange bien !", sourit Frédéric Pilaud, qui assure que Clermont est une cité "dynamique" forte de la présence de 40 000 étudiants.

Le parc scientifique et de loisirs Vulcania et le club de rugby de l'ASM doivent eux servir de locomotives pour drainer des familles et les fans de sport. "Nous allons ouvrir fin 2016 un musée interactif et ludique autour du club, annonce Annie Nicolas, la directrice marketing de l'ASM. Ce sera une première en France au niveau du rugby." Joint par metronews, l'office du tourisme de Lyon compte également tirer profit de la future grande région. "Nous allons apprendre à nous connaître et discuter des coopérations que nous pouvons mettre en place avec Clermont et l'Auvergne pour que ce rapprochement soit gagnant-gagnant pour nos territoires, explique François Gaillard, directeur général d' OnlyLyon . Rien n'est défini pour le moment, mais il y a sûrement des passerelles à tisser."

A LIRE AUSSI >> Tourisme : Lyon mise (aussi) sur la proximité
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter