Grève des contrôleurs aériens : un tiers des vols annulés la semaine prochaine à Paris, dans l'Ouest et le Sud

FRANCE

SOCIAL - 25% à 33% des vols pourraient être annulés la semaine prochaine à Paris et dans plusieurs aéroports, notamment du sud et de l'ouest. En cause : un appel à la grève des contrôleurs aériens.

Prenez vos précautions si vous devez prendre l'avion la semaine prochaine. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de réduire leurs vols d'environ un tiers à Paris et dans les aéroports du sud et de l'ouest de la France. Une décision qui fait suite au dépôt d'un préavis de grève des contrôleurs aériens pour la période du lundi 6 au jeudi 9 mars. 

En conséquence, 25% des vols qui traversent ou desservent le sud de la France seront affectés au cours de la semaine et 33% pour l’ouest, précise la DGAC. Les vols en provenance et à destination des aéroports de Paris (Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly), Beauvais et les aéroports du sud et de l’ouest de la France seront notamment concernés par les réductions de vols. Air France a indiqué à l'AFP qu'elle assurerait 100% de ses vols long-courrier, 99% sur le moyen-courrier et plus de 80% des liaisons intérieures. La compagnie n'exclut pas des retards. Pour sa part, EasyJet a annulé 38 vols prévus lundi.

Ces préavis de grève concernent notamment des questions d'organisation du travail et de planning. L'Unsa dénonce le "dogmatisme" de l'Aviation civile qui ne prend pas en compte ses propositions. De son côté, le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a "condamné" dans un communiqué les "raisons largement incompréhensibles" de ce mouvement, qui "prend le risque de nourrir l'opprobre contre le service public en général et les contrôleurs aériens en particulier".

Grève aussi à Air France

Par ailleurs, les hôtesses et stewards d'Air France sont appelés à la grève du 18 au 20 mars à l'initiative de deux de leurs principaux syndicats, le SNPNC et l'Unsa-PNC, pour protester contre les efforts de productivité qui leur sont demandés et la création d'une nouvelle compagnie long-courrier à coûts réduits. 

Voir aussi

En vidéo

Boost, la nouvelle filiale low cost d’Air France

Sur le même sujet

Lire et commenter