Trafic de Subutex à l'île Maurice : une jeune Française jugée mercredi

FRANCE

JUSTICE – Arrêtée en août 2011, Aurore Gros-Coissy, une rhodanienne de 27 ans originaire de Saint-Romain-de-Popey, est accusée de trafic de drogue. Elle clame son innocence et accuse un ancien petit-ami de l'avoir piégée. Son procès débute mercredi.

Cela devait être de simples vacances au soleil. Mais le 19 août 2011, Aurore Gros-Coissy est arrêtée à l'aéroport de Plaisance (île Maurice) avec 1 680 comprimés de Subutex dissimulés dans ses bagages. Prescrit comme médicament en France aux personnes qui présentent une forte dépendance à l'héroïne, il est classé comme drogue dure à Maurice.

Ce mercredi, après près de trente-trois mois de détention à la prison de Beau-Bassin, le procès de la jeune femme de 27 ans, originaire de Saint-Romain-de-Popey (Rhône), va enfin pouvoir débuter. "L'audience devait débuter lundi, mais suite à un désaccord sur le fond et un manque de dialogue avec son avocat, la famille d'Aurore a décidé d'en changer", précise à metronews Farid Dekhli, le porte-parole de l'association "‪Victimes‬ du ‪détournement‬ de ‪médicaments‬ et ‪stupéfiants‬" , créée par les parents d'Aurore.

Jusqu'à 60 ans de prison

Depuis le début de l'affaire, la jeune rhodanienne ne cesse de clamer son innocence. Selon elle, c'est un ancien petit-ami franco-mauricien et avec lequel elle aurait récemment repris contact qui l'aurait piégée. Alors qu'elle devait se rendre à Maurice avec lui, il lui aurait fait faux bond à la dernière minute après avoir dissimulé le Subutex dans deux paquets de gâteaux placés dans ses bagages.

"Aurore plaidera donc non-coupable ce mercredi, poursuit Farid Dekhli. Elle veut laver son honneur. Côté moral, elle tient bien. Elle a des contacts hebdomadaires avec sa famille et ses amis via Skype, et elle s'implique fortement dans la vie de l'établissement où elle est détenue. Elle essaie de faire de tout cela une expérience constructive, même si pour une innocente, chaque jour qui passe est un jour de trop." Selon les proches d'Aurore, le procès qui commence comporte "beaucoup d'incertitudes", puisque "tous les éléments qui la mettent hors de cause ne sont pas encore dans le dossier." La jeune femme risque jusqu'à soixante ans de prison.
 

Lire et commenter