Transpole : les fraudeurs passent par la case tribunal

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE – Pour casser les mauvaises habitudes, le parquet de Lille va faire comparaître en groupe, pour la première fois, sept fraudeurs de Transpole et de la SNCF devant le tribunal. Tandis que la fraude fait perdre chaque année 14 millions d'euros au réseau Transpole, la justice a aussi décidé d'accentuer sa lutte contre les récidivistes.

Après les amendes, place à la justice. Pour la première fois, le procureur de Lille, Frédéric Fèvre, va faire comparaître, le 22 mai prochain, sept fraudeurs récidivistes de Transpole et de la SNCF, en même temps, devant le tribunal correctionnel de Lille.

Après avoir annoncé une perte annuelle de 14 millions d'euros liée à ce fléau (soit 17% des voyageurs), Transpole a organisé, le 11 avril dernier, une spectaculaire opération de contrôle, en lien avec la SNCF. Cette fois, c'est donc le parquet de Lille qui veut aussi marquer les esprits, en rappelant par exemple que le fraudeur risque six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende, si dix contraventions ne sont pas réglées dans l'année.

Casser les "comportements d'habitude"

Pour casser ces "comportements d'habitude", Transpole collabore de plus en plus avec la justice. Une trentaine de dossiers sont ainsi transmis chaque mois au parquet de Lille. Mais pour Frédéric Fèvre, qui préfère la "prévention", pas question d'accabler "ceux qui n’ont pas de moyens" : "Il y a ceux qui sont dans le besoin et qui ne peuvent pas payer, et ceux chez qui la fraude est devenue un mode de vie", souligne-t-il, en évoquant des "réponses graduées" et des dettes "étalées".

En revanche, pas de répit pour ceux qui organisent la fraude. C'est le cas de la Mutuelle des fraudeurs de Lille , un collectif qui rembourse les amendes moyennant une cotisation. Tandis que deux membres ont été placés en garde à vue le 16 avril dernier, les responsables de ce groupe vont également bientôt comparaître devant le tribunal correctionnel pour "incitation à la fraude".

Lire et commenter