Tricot : de la laine fraîche à Marseille

FRANCE

LOISIR – Attention, qui dénigre le tricot aura maille à partir avec les très nombreux adeptes des aiguilles et pelotes ! Car, oui, cette activité parfois considérée comme désuète revient en force.

Dépassé, le tricot ? Que nenni ! "Il y a bien eu une baisse d'activité dans les années 1980, confie Jean-Michel Nicolas, directeur commercial de Phildar. Mais nous connaissons un regain d'intérêt depuis quinze ans : les gens ont envie de créer leur propre produit." Le marché est tel que Phildar a rouvert la semaine dernière à Marseille un magasin de fils à tricoter.

Le retour en force du tricot est corroboré par Magali. Sur son blog ouvragesdefils.org, cette Marseillaise fait part de ses découvertes et créations en laine. "Le tricot a pris un coup de jeune et s'est modernisé surtout grâce aux sites comme Ravelry - une plateforme mondiale de tricot - et aux blogs. Ces sites donnent à cette activité un aspect convivial."

Les hommes aussi tricotent

Un passe-temps solitaire, le point mousse ? Pas du tout : les blogs consacrés au tricot sont "un point de départ pour faire des rencontres", confie Magali qui s'adonne au plaisir des mailles depuis six ans. L'engouement ne se limiterait pas à quelques pulls ou écharpes faits maison. "Je note ces derniers temps un retour vers le naturel, confie la bloggeuse. J'ai rencontré des gens qui filent eux-mêmes leurs laines ou qui recherchent des fils français. Quelle n'a pas été ma surprise de découvrir des pelotes de fil de Trets, dans les Bouches-du-Rhône, et de L'Argentière-la-Bessée, une commune des Hautes-Alpes."

"Il y a une demande importante à Marseille, l’on trouve nombre de tricoteuses et tricoteurs - car les hommes aussi s’y mettent", confie Jean-Michel Nicolas. Pour attirer une nouvelle clientèle, Phildar ne lésine pas sur les nouveautés : fils innovants, coach se déplaçant à domicile, kits pour enfants. Vous voulez être tendance ? C’est parti : une maille à l’endroit, une maille à l’envers.

12, rue du Jeune Anacharsis dans le Ier arrondissement.
 

Lire et commenter