Trois ans après l’affaire Ligonnès : "on cherche un mort alors qu’il faut chercher un vivant"

Trois ans après l’affaire Ligonnès : "on cherche un mort alors qu’il faut chercher un vivant"

DirectLCI
FAIT-DIVERS - Il y a trois ans, le 21 avril 2011, Xavier de Ligonnès disparaît après que les corps de sa femme et de ses quatre enfants aient été retrouvés dans leur maison à Nantes. Dans un supplément publié pour l’occasion, Presse-Océan donne la parole à ceux qui doutent de sa disparition.

Trois ans, déjà. Trois ans que les corps d’Agnès de Ligonnès et de ses quatre enfants ont été retrouvés, ensevelis dans le jardin de leur maison de Nantes, rue Schumman. Trois ans que le père de famille Xavier de Ligonnès, premier suspect de ce quintuple meurtre, est recherché. Sa disparition, mystérieuse, suscite les hypothèses les plus extrêmes : il se serait suicidé, vivrait désormais caché dans un monastère, ou sous une nouvelle identité en Asie, il aurait été exfiltration aux Etats-Unis avec sa famille par la police, les corps retrouvés dans son jardin étant des faux…

Pour l’occasion, Presse-Océan publie ce mercredi un supplément, faisant notamment parler ceux qui croient que Xavier de Ligonnès est toujours en vie . Un de ses amis, l’écrivain Bruno de Stabenrath, est en effet convaincu que son camarade, qu’il a connu à 15 ans à Versailles, est toujours en vie. L’an passé, il lui avait écrit une lettre : "Certains pensent que tu es un monstre, un fou mystique, un mythomane, un meurtrier qui a exécuté sa femme et ses quatre enfants : Agnès, Arthur, Thomas, Anne et Benoît. Pourtant, je te sais, mari et père aimant. Tu étais fier d’eux. Tu me le disais au téléphone", écrivait-il. "Moi je sais que tu es vivant, que tu te caches quelque part, qu’une femme amoureuse te protège, persuadée de ton innocence, de ton existence "menacée"." Il l’appelait enfin à se manifester : "Ton absence est un réquisitoire contre toi. Mais ton retour reste l’unique chance de t’expliquer, de te racheter, de demander "pardon". Il y a encore des vies à sauver."

"Il ne peut pas s'être suicidé !"

Aujourd’hui, il raconte dans Presse-Océan : "Je suis intimement persuadé que c’est lui le coupable. Tout l’accuse. Mais pour moi, ce n’est pas un criminel ordinaire, il n’y a jamais eu de violence ou de folie en lui. Il est simplement arrivé à un point de non-retour", analyse-t-il. "Toute sa vie, il a joué un rôle. Quand il s’est rendu compte qu’il avait raté sa vie, je pense qu’il a fait disparaître ses proches qui étaient eux aussi, à ses yeux, ses juges qu’ils ne voulaient pas décevoir. Il était entré dans une logique mystico-sacrificielle."

Presse-Océan donne également la parole à Jean-Marc Bloch, ancien chef d’état-major de la PJ parisienne et directeur régional de la police de Versailles. Lui aussi est "absolument convaincu que Xavier de Ligonnès est en vie. Il ne peut pas s’être suicidé !" Pour Jean-Marc Bloch, "c’est un drame familial qui ne s’est pas fait comme souvent sous l’emprise de la colère ou d’un désespoir quelconque. Tout a été préparé avec une vraie subtilité." D’après l’ancien policier, Xavier de Ligonnès vivrait désormais sous un autre nom : "Il a dû se préparer une deuxième vie. Il a un physique assez banal Il peut travailler, avoir un compte bancaire, se remarier, avoir de nouveaux enfants, dans une grande ville européenne ou sud-américaine, ou ailleurs. Il n’y a plus que son ADN pour le trahir. On cherche un mort alors qu’il faut chercher un vivant."


 

Plus d'articles

Sur le même sujet