Trois braquages à Antibes alors que le plan anti hold-up vient d'être activé

FRANCE

FAIT DIVERS – Un duo de malfaiteurs en scooter aurait commis trois attaques à main armée, jeudi matin, à Antibes, malgré l'activation anticipée cette année du plan anti-hold-up.

La saison des braquages a débuté sur les chapeaux de roues ce jeudi, à Antibes. Trois vols à main armée ont eu lieu dans la commune en début de matinée. Ces attaques, qui n'ont pas fait de blessé, pourraient être l'œuvre d'un seul duo de malfaiteurs. Selon les témoignages recueillis par Nice-Matin , à chaque fois le scénario était le même : un individu armé d'un pistolet entre dans un commerce tandis que son complice l'attend à l'extérieur, au guidon du scooter sur lequel ils prennent la fuite.

La première attaque vise la station-service Total de la route de Grasse, à 8 h 50. Le braqueur au visage dissimulé par son casque, repart avec 400 euros. Dix minutes plus tard c'est le Mini Bar du boulevard Wilson, situé à 5 kilomètres, qui est ciblé. Là, les choses se passent moins bien pour les malfaiteurs : le patron résiste, fait tomber son agresseur qui parvient à prendre la fuite… bredouille. Une demi-heure passe avant la troisième attaque de la matinée, perpétrée tout près, à la station BP de l'avenue du 11-Novembre. Selon Nice-Matin, le butin s'élèverait cette fois à 1 000 euros.

50 % de moins que l'an dernier

Ces faits se sont produits alors que le plan anti hold-up vient d'être activé dans les Alpes-Maritimes. La préfecture l'a confirmé à metronews jeudi, sans donner plus de détail pour l'heure. Ce plan est mis en œuvre chaque année à l'approche des fêtes de fin d'années, période propice aux braquages. il consiste à redéployer des effectifs de police aux abords des commerces à risques : bijouteries, bureaux de tabac et stations-service notamment. L'an dernier, 124 vols à main armée avaient eu lieu dans les Alpes-Maritimes. On en dénombre 44 sur les huit premiers mois de cette année : deux fois moins que sur la même période en 2013.

Lire et commenter