Ukraine : la Russie menace en Crimée, Obama met en garde Moscou

Ukraine : la Russie menace en Crimée, Obama met en garde Moscou

DirectLCI
INTERNATIONAL - Les autorités ukrainiennes dénoncent depuis vendredi une "agression armée russe" en Crimée, péninsule russophone au sud du pays, mais refusent de répondre "par la "force”. Samedi, le ministre de la défense ukrainien a accusé la Russie d'avoir envoyé 6 000 soldats en Ukraine. Barack Obama a mis en garde Moscou.

La Crimée, cette région ukrainienne autonome russophone et russophile, est toujours l'objet de tensions entre Kiev et Moscou. Alors que des soldats ont été déployés notamment dans la ville de Simferopol, déploiement qualifié " d’invasion armée russe " par les autorités ukrainiennes, Barack Obama a haussé le ton vendredi soir.

"Nous sommes profondément inquiets au sujet d'informations sur des mouvements de troupes entrepris par la fédération russe en Ukraine", a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche. Avant d’avertir : "Les Etats-Unis seront solidaires de la communauté internationale pour souligner qu'il y aura un coût à toute intervention militaire en Ukraine".

Par ailleurs, Barack Obama pourrait renoncer à participer au sommet du G8 à Sotchi, au mois de juin, si les forces armées russes sont présentes en Ukraine, a déclaré vendredi un haut responsable américain.

Le Premier ministre de Crimée demande l'aide de Poutine

Ce samedi, Sergiï Aksionov, le nouveau Premier ministre de Crimée, élu à huis clos par un parlement local contrôlé par un commando pro-russe armé, détaille lemonde.fr , a lancé un appel à l’aide à Vladimir Poutine pour qu'il aide à restaurer "la paix et le calme" en Crimée.

Un appel entendu par la Russie. Le Kremlin a indiqué dans un communiqué qu’il n’allait pas "ignorer cette demande".

L’Ukraine refuse de répondre par la force

En ouvrant le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement ukrainien, ce samedi matin, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a affirmé que l'Ukraine avait refusé de répondre "par la force" à la "provocation" russe : "La présence inadéquate des militaires russes en Crimée est une provocation [mais] les tentatives de faire réagir l'Ukraine par la force ont échoué", a-t-il indiqué.

Le ministre ukrainien de la Défense Igor Peniouk a estimé à 6.000 le nombre de soldats russes en Crimée.

Samedi matin, des dizaines d'hommes armés de kalachnikovs et cagoulés, en uniforme mais sans signe permettant de les identifier, ont pris position aux abords du Parlement de Crimée à Simferopol.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter