Un ancien otage de Coulibaly témoigne : "La douleur ne s'efface pas avec un coup de peinture"

Un ancien otage de Coulibaly témoigne : "La douleur ne s'efface pas avec un coup de peinture"

Ce dimanche, deux mois après la prise d'otages menée par Amedy Coulibaly, l'Hyper Cacher, porte de Vincennes, a rouvert ses portes. Jean-Luc Steunou, un ancien otage du terroriste, s'est confié au Parisien. Pour lui cette réouverture est un symbole que la vie continue, mais elle entretient des blessures encore vives.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : "gagner du temps" avant de reconfiner, une stratégie risquée

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

Lire et commenter