Un Azuréen évoque "la peine de mort" à son propre procès

Un Azuréen évoque "la peine de mort" à son propre procès

DirectLCI
JUSTICE – Teddy Dieudonné est accusé d’avoir égorgé Sabrina dont il était amoureux. Le jeune homme de 26 ans a retracé cette journée macabre devant la cour d’assises de Nice.

"Je mérite la peine de mort." Voilà les mots qu’a prononcés Teddy Dieudonné, ce jeudi, devant la cour d’assises de Nice, selon Nice-Matin . Accusé du meurtre de sa petite amie, le jeune azuréen aurait exprimé ses regrets aux proches de Sabrina, l’étudiante de 17 ans qu’il aurait assassiné le 6 septembre 2012.

Ce jour-là, Teddy, qui avait été recueilli auparavant par la famille de Sabrina, à Lucéram, n’a pas supporté d’entendre celle qu’il aime le traiter de connard. Il a alors poignardé la jeune femme dans le ventre puis trois fois à la gorge "pour mettre fin à ses souffrances", a-t’il expliqué devant la cour d’assises.

Un appel pour expliquer son acte

Après ce geste meurtrier, le technicien de surface prend le téléphone et appelle la gendarmerie. Il explique au gendarme avoir tué celle qu’il aime et ne pas avoir de mobile. Le jeune homme assure également avoir prémédité son acte avant de se rétracter. Le beau-père de Sabrina aurait également vu Teddy en train d’espionner la famille avant le drame.

Devant la cour d’assises, l’expert psychiatrique décrit la personnalité froide et schizophrénique de Teddy, rapporte Nice-Matin. Ses amis et sa famille ont évoqué les troubles psychologiques et les scarifications de ce jeune homme de 26 ans.

Circonstance atténuante

La cour d’assises doit déterminer si Teddy était en possession de tous ses moyens au moment des faits. Un docteur a conclu au cours du procès à "une altération de ses moyens" pendant l’acte, assure le quotidien.

Ce vendredi matin, le procureur a requis 30 ans de réclusion assortis d’une période de sureté des deux tiers. L’altération de discernement a été retenue par l’avocate générale.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter