Un couple appelle son enfant "Jihad", la justice doit trancher

Un couple appelle son enfant "Jihad", la justice doit trancher

POLÉMIQUE - Un couple de Haute-Garonne, heureux parents depuis début août, a choisi de nommer son fils "Jihad". Un choix contesté, signalé au procureur de la République. Contrairement à une idée reçue, le terme ne signifie par "Guerre sainte".

A-t-on le droit d'appeler son enfant "Jihad" dans le contexte actuel d’attaques terroristes menées par des groupes "djihadistes" ? C'est la question que pose le choix d'un couple de jeunes parents vivant à Léguevin (Haute-Garonne) ayant baptisé leur petit garçon né le 2 août dernier à Toulouse, "Jihad". 

Selon le site actutoulouse.fr.,  si le prénom de l'enfant a été enregistré, l’officier d’état civil a transmis un signalement au procureur de la République. Celui-ci peut ensuite saisir le juge aux affaires familiales qui peut demander la suppression du prénom sur les registres de l'état civil et c'est ainsi à la justice de définir si ce prénom est autorisé.

Lire aussi

En vidéo

Louise, Gabriel, Emma… Découvrez le palmarès des prénoms pour l’année 2018

Le prénom doit être choisi dans "l'intérêt de l'enfant"

En matière de prénoms, l'article 57 du Code civil – modifié par la loi du 8 janvier 1993 – consacre le principe de liberté de choix pour les parents. "Les parents choisissent librement le ou les prénoms de l'enfant", rappelle ainsi le site Servicepublic.fr, qui précise aussi qu'"il n'existe pas de liste de prénoms autorisés". Mais l'article 57 du Code civil limite cette liberté de choix à deux conditions : "l'intérêt de l'enfant" et "le droit des tiers à voir protéger leur nom de famille". 

Or, si le terme "jihad" (ou djihad) évoque aujourd’hui la "guerre sainte" des groupes islamistes radicaux, son étymologie en fait un synonyme de "lutte", "dans le sens de l’effort et de l’abnégation".

Si le prénom est relativement rare, le cas de "Jihad" s’est déjà présenté en 2009 et la justice n’avait pas obligé les parents à changer le prénom. Contrairement à ce qui s'était produit par le passé avec "Titeuf", "Fraise" ou les jumeaux "Joyeux" et "Patriste" qui avaient été refusés. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter