Un directeur de colonie condamné pour agressions sexuelles sur mineurs

FRANCE
FAIT DIVERS – Un Rhodanien de 33 ans a été condamné ce jeudi à trois ans de prison pour agression sexuelle sur mineurs. Via un tchat, l'ancien directeur de colonie envoyait à ses victimes des vidéos à caractère sexuel.

Pendant trois ans, il a traqué ses jeunes victimes sur Internet et dans les colonies de vacances. Jugé ce jeudi 23 octobre par le tribunal correctionnel de Lyon, un Rhodanien de 33 ans vient d'écoper de trois ans de prison pour des agressions sexuelles et corruption de mineurs. Entre 2008 et 2011, cet ancien directeur de colonie n'a pas hésité à faire de son métier, son "terrain de chasse". Selon le quotidien Le Progrès , l'homme aurait profité d'un séjour scolaire pour approcher ses jeunes victimes.

Les faits remontent à 2008. A l'époque, Y. C. est moniteur auprès d'enfants. Dès son retour d'une classe de neige dans l'Isère, il contacte l'un des élèves sur la Toile. Le garçonnet et plusieurs camarades reçoivent alors des vidéos de l'animateur en pleine masturbation. Identifié par les services de police, Y. C. est alors mis en examen pour diffusion d'images pédopornographiques . Mais cet avertissement ne semble pas freiner les pulsions du Rhodanien, au contraire.


Sur un tchat, il invite les enfants à se déhabiller

Un an plus tard, il remet ça. Devenu directeur d'un centre de vacances dans les Hautes-Alpes, il convie certains enfants à prendre des douches chez lui. L'un d'eux avoue plus tard avoir été victime "d'une main glissée sous son pantalon de pyjama". Dès 2011, le directeur de colonie sévit sur Internet. Sur un tchat, il invite plusieurs enfants à des jeux douteux basés sur l'effeuillage et la masturbation. Mis en examen pour agression sexuelle et corruption de mineurs, Y. C. est d'abord incarcéré dès 2012 à la prison de Corbas, puis placé sous contrôle judiciaire.

Absent lors de sa convocation au tribunal correctionnel de Lyon ce jeudi 23 octobre, le Rhodanien a écopé de trois ans de prison et 7000 euros de dédommagements à verser aux familles des victimes. Un mandat d'arrêt vient d'être délivré à son encontre. Le tribunal aurait également réclamé son inscription au fichier des délinquants sexuels, mais surtout son interdiction d'exercer une activité en contact avec des mineurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter