Un millier de robes noires défilent dans les rues de Nantes

Un millier de robes noires défilent dans les rues de Nantes

JUSTICE - Les avocats venus de dix-huit barreaux du Grand Ouest ont manifesté ce vendredi à Nantes contre le projet de réforme des "professions réglementées" du gouvernement, mais aussi pour réclamer la revalorisation de l'aide juridictionnelle.

Défilé de robes noires dans les rues de Nantes. Un millier d’avocats ont manifesté ce vendredi dans le centre-ville pour protester contre la volonté du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron , de créer un statut d'avocat-salarié en entreprise, qu'ils estiment contraire à l'indépendance de leur profession. Les avocats réclament également une revalorisation de l'aide juridictionnelle, l'indemnité qui leur est allouée par l'Etat pour assurer la défense des plus démunis. Dix-huit barreaux étaient ainsi représentés dans le cortège nantais.

Un statut d'"avocat-marionnette"

"Nous ne voulons pas de ce statut d'avocat-salarié, qui serait celui d'un avocat-marionnette ou d'un avocat porte-serviettes à la solde de son employeur", explique Boris Marie, président de la Conférence régionale des barreaux de l'Ouest (3 000 avocats). "Nous devons préserver notre indépendance à l'égard de nos clients."

Les avocats de Bretagne, des Pays de la Loire et du Poitou-Charentes protestent également contre la suppression de la "postulation territoriale", qui impose dans certaines procédures de passer par un avocat local. "Cette réforme peut sembler s'imposer à l'heure de la communication électronique, mais elle provoquera en réalité une désertification judiciaire par la disparition de petits barreaux, dont les membres seront incapables de maintenir leur activité dans des régions peu peuplées", écrivent-ils ainsi dans une lettre remise au préfet.

A Nantes, les suites du mouvement décidées lundi

A Nantes, une assemblée générale est prévue lundi pour décider des suites à donner au mouvement, qui se traduit depuis le 22 octobre par des demandes de renvoi systématiques (mais pas forcément accordées par les magistrats) dans toutes les affaires. Le procès de Tony Meilhon pour la "séquestration suivie de mort" de Laëtitia Perrais, près de Pornic en janvier 2011, a ainsi été renvoyé mardi par la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine . Mais "plusieurs milliers" d'autres dossiers bien moins médiatiques ont été renvoyés depuis plusieurs semaines, selon les avocats. Certains prévenus ont ainsi été incarcérés, le temps d'attendre leur nouveau procès.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 cas à nouveau franchi ce mercredi

"Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

Tempête Aurore : 9 départements en vigilance orange, des rafales jusqu'à 130 km/h attendues

Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.