Un nouveau pas vers la Bretagne à 5 départements?

Un nouveau pas vers la Bretagne à 5 départements?

DirectLCI
REGION – Alors qu’une manifestation pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne se tient samedi à Nantes, le conseil régional de Bretagne a adopté jeudi un vœu en ce sens.

Le geste est d’abord symbolique. Mais en pleine réforme de la carte territoriale et à la veille d’une manifestation pour la Bretagne réunifiée samedi à Nantes , il a son importance. Jeudi soir, le conseil régional de Bretagne a adopté un vœu en faveur de la "réunification" de cette région administrative avec la Loire-Atlantique. La Bretagne à 5 départements reprendrait les frontières de la Bretagne historique, en incluant Côtes d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan, et Loire-Atlantique (cette dernière étant actuellement rattachée à la région Pays-de-Loire).

Dans son vœu, le conseil régional de Bretagne s’inscrit dans les "perspectives de modernisation territoriale de la France ouvertes par le président de la République". Et pour lui, cette réforme étudiée "ouvre une opportunité historique en faveur de la réunification de la Bretagne historique".

Le vœu affiche aussi un autre souhait : la constitution à terme d’une Assemblée de Bretagne, qui "préfigurerait un nouveau modèle d’administration territoriale", en regroupant conseils départementaux et région. Le tout pour assurer "une meilleure lisibilité de l'action publique en Bretagne". Cette idée avait été formulée en janvier par le député (PS) Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois. Il a été auditionné le 21 mars par le conseil régional afin d'expliciter sa proposition.

Un vœu pour la création d'une Assemblée de Bretagne

Son collègue Paul Molac, député du Morbihan, a lui déposé début avril une proposition de loi, destinée à favoriser la réunification de la Bretagne. En effet, dans cette loi, seul le département concerné par un changement de région et sa nouvelle région "d'accueil" auraient à se prononcer, alors que, selon la loi actuelle, une réunification" n'est possible qu'avec l'assentiment des deux conseils régionaux de Bretagne et des Pays de la Loire et du département concerné.

Pour l’instant, Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire, freine des quatre fers. Cette semaine, il a dénoncé dans un communiqué le projet du gouvernement, qualifié de "vente à la découpe" . Lui se prononce pour une fusion des régions Pays de la Loire et Bretagne. Mais de leur côté, les acteurs politiques bretons sont absolument opposés à ce redécoupage.

"Une telle fusion enclencherait la disparition pure et simple de la Bretagne", estime ainsi Jean-François Le Bihan, président du collectif Bretagne réunie. Pour lui, la disparition par démantèlement de la région Pays de la Loire est "inévitable". "Nous avions déjà fait une proposition de recomposition du nord-ouest de la France de six en quatre régions, dont la région Bretagne réunifiée et une région Val de Loire très significative, avec les autres départements des actuels Pays de la Loire et des départements du Centre", explique-t-il.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter