Un recours devant le Conseil d'Etat contre la privatisation de Toulouse-Blagnac

Un recours devant le Conseil d'Etat contre la privatisation de Toulouse-Blagnac

ECONOMIE – Le Conseil d'Etat va être saisi par un groupe de citoyens d'une demande d'annulation de la privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac à un consortium sino-canadien. La démarche devrait être officialisée mardi.

Ils vont déposer un recours devant le Conseil d'Etat contre la privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac. Alors que les nouveaux actionnaires chinois sont attendus aujourd'hui à Toulouse, les adversaires de la vente des actions de l'Etat au sein de la plate-forme aéroportuaire toulousaine continuent à se mobiliser.

Dès mardi, certains d'entre eux devraient entamer une procédure "pour excès de pouvoir" devant le Conseil d'Etat. Une démarche qui sera doublée d'un référé suspensif afin d'entraver la vente dans les plus brefs délais. "Cela va au-delà de la simple question de l'aéroport, il n'est pas possible que la question d'un territoire en province se décide dans un bureau parisien", clame Me Christophe Leguevasques, avocat de ce groupe de citoyens dont il ne souhaite pas dévoiler l'identité.

Différents points non conformes au droit

Seule indication, parmi les plaignants on retrouve Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique et social de Midi-Pyrénées et principal pourfendeur de l'arrivée du consortium sino-canadien à la tête de Toulouse-Blagnac. Selon le conseil, différents points lui permettent d'affirmer que la décision de privatiser n'est pas conforme au droit.

Le gouvernement veut boucler le dossier d'ici le 31 décembre

"Les riverains ont été complètement oubliés dans ce dossier, quand on prévoit de multiplier par trois le trafic aérien d'ici 2030 et de passer de 8 à 21 millions passagers, cela pose des questions de santé publique et de sécurité", explique encore Christophe Léguevaques. Des questions sur la gouvernance ainsi que l'information auprès des salariés poseraient également problème.

"On n'est pas procédurier, mais ce dossier mérite que l'on pose la question de la place du riverain de l'aéroport", lance de son côté Chantal Demander, présidente du collectif contre les nuisances aériennes de l'agglomération toulousaine qui reconnaît ne pas être à l'origine de la démarche. La décision de s'associer au recours devrait être rendue publique lundi soir à l'issue d'une réunion regroupant les 14 membres du collectif. Pour les plaignants, le temps presse car le gouvernement souhaite finaliser le dossier d'ici le 31 décembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.